Ecoutez Radio Sputnik
    Oural

    Le récit d'un Français ayant poussé à l'Est jusqu'à Vladivostok: «dépassez l’Oural!»

    © Sputnik . Eugene Shatalov
    France
    URL courte
    Julia Belyakova
    5170

    De Vladivostok au Donbass, en passant par une petite expédition dans l’Antarctique et un voyage en Sibérie, c’est un itinéraire dont peu de Russes peuvent se vanter. Mais l’écrivain français Cédric Gras a eu le courage de visiter des régions reculées de la Russie, ainsi que la ville de Donetsk avant la guerre, confiant sa vision à Sputnik.

    Dans ses livres, l'écrivain et voyageur français Cédric Gras étonne par ses descriptions détaillées des paysages russes et l'esprit d'un pays qui lui est étranger.

    «Le XXe siècle russe a été absolument terrifiant d'utopie, de dictature, de drames et de création. Il imprègne le présent, il conditionne le futur. La Russie est un pays différent à tous points de vue. Même économiquement.»

    Selon le Français, auteur de quatre livres sur la Russie et d'un roman sur l'Ukraine, ses compatriotes ne connaissent pas la Russie, mais cela est réciproque. Il considère donc qu'il y a encore de quoi améliorer les relations franco-russes.

    «On dit souvent que les Français connaissent mal la Russie. C'est vrai. Mais est-ce que les Russes comprennent bien la France contemporaine? Je n'en suis pas certain. Nos relations sont basées sur des images d'Épinal.»

    ​Étant tout d'abord attiré par la langue russe, Cédric Gras n'a jamais été intéressé par simplement vivre dans la capitale russe. Il a eu envie de découvrir ce vaste pays inconnu.

    «C'est la langue russe qui m'a retenu dans ce pays. La langue et donc la culture qui va avec, en conséquence tout un peuple. Il y avait aussi les grands espaces, grandioses et garants d'une certaine tranquillité pour le voyageur», raconte Cédric Gras à Sputnik.

    Pour lui, découvrir la Russie est plus qu'un voyage.

    «L'impression de m'être ouvert un monde que ne connaissent que les initiés.»

    En partant à Vladivostok pour diriger l'Alliance française dans cette ville, l'écrivain n'a pas fait son choix au hasard.

    «C'était ce qu'il y avait de plus loin. À l'époque, je ne songeais qu'à aller le plus loin possible. Vladivostok était une ville parfaite. Au bout du bout, au bord d'un autre monde, celui de la mer du Japon et de l'Asie», explique Cédric.

    ​Puis, il crée et dirige l'Alliance française de Donetsk, alors en Ukraine, qui sera fermée à cause du conflit à l'été 2014, avant de terminer par celle de Kharkov, ville située à 300 km au nord de la précédente.

    «Donetsk était alors une ville prospère pour l'Ukraine. Et j'avais appris à aimer l'esthétique industrielle du Donbass. Je n'y étais pas malheureux.»

    Toutes ces expériences l'ont inspiré pour décrire la Russie, ainsi que l'Ukraine, dans ses livres. Mais s'il décrit la Russie dans ces récits de voyages, sur l'Ukraine il écrit son premier roman, portant sur le conflit qui a débuté en 2014.

    «J'ai eu envie de proposer un éclairage avec plus de profondeur historique, sociale, économique. […] J'ai voulu à travers mes personnages rendre compte du panel d'acteurs. C'est pour cela que j'ai choisi la fiction. Pour dédoubler la narration, pour faire dialoguer les sensibilités», raconte Cédric Gras à Sputnik.

    L'un de ces voyages les plus audacieux à la découverte de la Russie a été la 61e expédition arctique russe sur les bases Progress et Mirny. Cédric Gras considère que l'Antarctique est la destination la plus désirée et la plus difficile à atteindre pour chaque voyageur.

    «S'y rendre individuellement est presque impossible. On ne peut y aller qu'avec des expéditions d'État. Notamment dans le secteur de l'océan Indien où se trouvent la plupart des bases russes actuellement actives.»

    ​Et de poursuivre, en commentant l'expédition au sein d'une équipe russe:

    «Y aller avec les Russes, c'était partir avec l'une des nations les plus expérimentées en matière polaire. L'une des plus anciennes résidentes de ce continent international».

    En guise de conclusion, l'écrivain et voyageur Français souligne qu'il est toujours heureux de retourner en Russie, mais qu'il a aussi une grande curiosité pour le reste du monde. Par contre, pour les Français qui aimeraient découvrir ce pays «différent à tous points de vue» il donne le conseil suivant:

    «Dépassez l'Oural!»

    Lire aussi:

    Cédric Herrou: «l’État français n’est pas censé être raciste»
    Migrants: à Nice, le préfet à nouveau condamné pour atteinte au droit d'asile
    Les internautes préoccupés par le sort de Cédric Herrou
    Tags:
    Russes, découverte, langue, culture, livre, écrivains, Français, voyages, Vladivostok, Donetsk, Donbass, Sibérie, Oural, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik