Ecoutez Radio Sputnik
    Le président français Emmanuel Macron

    Pendant que Macron mange ses volailles, un agriculteur l’interpelle en larmes sur Facebook

    © AFP 2018 Ludovic MARIN/POOL
    France
    URL courte
    Fabien Buzzanca
    46961

    Dans une vidéo publiée sur Facebook et devenue virale, un éleveur de volaille de Bresse dans l’Ain s’adresse à Emmanuel Macron afin de lui décrire son quotidien très difficile. À plusieurs reprises très ému, il demande aux autorités d’agir et prévient que la fronde actuelle «n’est qu’un début».

    Aloïs Gury a 33 ans. Il y a trois ans, il s'est installé en tant qu'éleveur de la célèbre volaille de Bresse dans l'Ain. Depuis, il vit des moments difficiles qu'il a voulu faire partager dans une vidéo émouvante publiée sur Facebook et vue plus de 150.000 fois.

    Après avoir régaler la planète entière avec mes volailles de Bresse lors du 11 novembre au palais de l'Elysée…..moi je suis toujours dans la merde. Que dois-je faire Mr Macron???? N'hésitez pas à partager. Si je peux me faire entendre!!!!!!

    Опубликовано Les Conteuses de Bresse Суббота, 24 ноября 2018 г.

    L'enregistrement commence pourtant par ce qui peut sembler être une bonne nouvelle. L'éleveur nous apprend que ce sont ses volailles qui ont été dégustées à l'Élysée le 11 novembre. Un succès au goût paraissant bien amer quand vient le moment de parler de son quotidien:

    «Franchement, j'étais fier. Cela fait plaisir de savoir que son boulot est quand même un peu valorisé et qu'il se retrouve à l'Élysée. Mais Monsieur Macron, vous ne méritez pas de manger mes volailles.»

    Pendant huit minutes, il parle face caméra de ses galères. «Je ne m'en sors pas, je suis dans la merde. J'ai 33 ans. J'en suis à ma 77e heure de boulot de la semaine», lance-t-il. Il raconte les factures qui s'empilent et l'obligation de se battre pour joindre les deux bouts:

    «J'essaie de me sortir un salaire de 700 euros. Je suis encore en train de payer des factures du mois de juillet. Il m'en reste une. Après on pourra attaquer celles du mois d'août. On est le 24 novembre… On jongle avec les factures, on jongle avec les relances, avec les appels des huissiers.»

    Submergé par l'émotion, il n'hésite pas à raconter comment sa mère lui vient en aide et hausse le ton du désespoir: «C'est ma mère qui me fait 50 euros de course tous les mardis. Parce que je n'ai pas les moyens… Oh! Ma mère a 70 piges! Vous allez me dire que je peux bouffer du poulet, mais je ne devrais pas en être là.»
    Il rappelle également l'importance du rôle des agriculteurs:

    «On ne veut pas de primes, on veut juste vivre décemment. S'il n'y a plus d'agriculteurs plus personne ne bouffe. À l'Élysée, vous allez manger des rondins de bois». Avant d'interpeller le Président de la République: «Ce que je vous demande Monsieur Macron, c'est d'apporter des solutions à mes problèmes. Pourquoi je ne m'en sors pas? Que faut-il que je fasse?»

    Il affirme que sa compagne gagne environ 680 euros par mois en tant qu'auxiliaire de vie scolaire. Avec ses 700 euros mensuels, il souligne que c'est trop peu pour vivre décemment: «1.300 euros avec un gamin, des voitures, l'essence… On fait comment?»

    À nouveau la gorge nouée et les yeux rougis, il raconte n'être parti qu'une seule fois en vacances en trois ans. Pour une semaine, grâce à la Mutualité sociale agricole (MSA):

    «Cela fait trois ans que je suis installé. J'ai pris une seule semaine de vacances. C'était au mois d'octobre. Et c'est la MSA qui a pu me la payer. Cela s'appelle l'aide au répit. Nous, dans l'agriculture, nous n'en n'avons jamais.»

    Il conclut en appelant à nouveau le gouvernement à passer à l'action: «Faites ce que vous voulez mais faites quelque chose. C'est en train de péter de partout mais c'est que le début.»

    Lire aussi:

    La facture de maquillage d'Emmanuel Macron
    Les restrictions russes sur les volailles et œufs US et canadiens levées
    26.000 euros pour le maquillage de Macron: les internautes outrés
    Tags:
    gilets jaunes, colère, pouvoir d'achat, réseaux sociaux, pauvreté, manifestation, agriculture, mobilisation, La République en Marche! (LREM), Facebook, Inc, Édouard Philippe, Emmanuel Macron, Ain, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik