Ecoutez Radio Sputnik
    Des gilets jaunes

    BFM TV reconnaît avoir accusé à tort des «gilets jaunes» d’avoir dépavé les Champs-Élysées

    © Sputnik . Irina Kalashnikova
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (217)
    20623

    Un journaliste de BFM TV, qui a fait un reportage dimanche depuis les Champs-Élysées, a affirmé qu'une large zone de la chaussée avait été dépavée par des «gilets jaunes». À tort! Il s'agissait en fait d'un tronçon de travaux d'aménagement d'une piste cyclable. Interpellé par les internautes, le journaliste a reconnu son erreur.

    La quasi-totalité des médias français ont couvert les affrontements qui ont opposé «gilets jaunes» et forces de l'ordre le samedi 24 novembre à Paris. Au lendemain de la manifestation qui s'était déroulée sur la plus belle avenue du monde, un reporter de BFM TV a montré une zone dépavée de la chaussée et en a rejeté la responsabilité sur les «gilets jaunes».

    «Pour vous montrer aussi un peu la violence et ces traces qui restent encore ce matin, ce sont ces zones totalement dépavées sur les Champs-Élysées, ça c'est sur une centaine de mètres, plus aucun pavé que les manifestants ont jeté sur les forces de l'ordre», avait-il déclaré. Alors qu'en réalité, il s'agissait d'une zone de travaux.

    Les internautes n'ont pas manqué de remarquer cette bourde et ont accusé BFM TV de leur fournir de fausses informations.

    Ainsi, l'un d'eux a reproché la chaîne de télévision de fournir de la «fake news» et a précisé que les pavés avaient été enlevés avant la manifestation, dans le cadre de travaux visant à aménager une piste cyclable.

    À l'issue de vérifications, il s'est avéré que le secteur dépavé était effectivement un tronçon de construction d'une piste cyclable sur les Champs-Élysées.

    Interpellé sur Twitter, le journaliste de BFM TV a reconnu son erreur et publié un message d'excuses.

    BFM TV a elle aussi publié un tweet sur le sujet.

    Visant dans un premier temps la hausse du prix des carburants, le mouvement des «gilets jaunes» s'est par la suite élargi pour exprimer son mécontentement envers le pouvoir et la presse, notamment contre BFM TV dont l'honnêteté journalistique est remise en question.

    Ainsi, le 19 novembre, une cinquantaine de «gilets jaunes» s'étaient rendus dans la soirée devant la rédaction de BFM TV pour y crier leur colère.

    Deux jours plus tard, une équipe de tournage de la chaîne qui était arrivée à un barrage filtrant de «gilets jaunes» près de Bordeaux, n'avait pas réussi à faire de reportage et a dû repartir sous escorte policière. Les manifestants ont poursuivi les journalistes en criant: «C'est vous les fake news!», «Menteurs!», «Vous pourrissez le peuple», «On ne veut pas de vous!» et «Dégagez!».

    En outre, un homme s'était placé dans le champ de la caméra avec un t-shirt exprimant clairement son attitude envers la chaîne: «BFMTG — Fake 24/7».

    Dans son discours à la Nation tenu le mardi 27 novembre à la suite des violentes manifestations à Paris, Emmanuel Macron a assuré avoir vu les difficultés des Français tout en réitérant qu'il n'allait pas lever les taxes sur le carburant pour autant.

    Depuis le 17 novembre, les «gilets jaunes» organisent des manifestations dans toute la France, bloquant des routes ou occupant des ronds-points. Ils étaient 282.000 mobilisés le 17 novembre et encore quelque 106.000 le 24 novembre, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, que les «gilets jaunes» considèrent comme très sous-estimés.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (217)

    Lire aussi:

    BFMTV se fait à nouveau chasser par des «gilets jaunes», les internautes divisés (vidéo)
    Un «gilet jaune» trolle BFMTV sur… BFMTV, le Net mort de rire (vidéo)
    «On aimerait que M.Macron nous parle»: le Net réagit au mouvement des «gilets jaunes»
    Tags:
    BFMTV, journalistes, médias français, internautes, excuses, erreurs, désinformation, émeutes, Internet, manifestation, Avenue des Champs-Elysées à Paris, Emmanuel Macron, Bordeaux, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik