Ecoutez Radio Sputnik
    à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine dans l'Aube

    Les militants antinucléaires de Bure déboutés par la Cour de cassation

    © AFP 2018 ALAIN JULIEN
    France
    URL courte
    Mikaël Doulson
    18110

    À Bure, dans la Meuse, les zadistes sont vent debout contre un projet d’enfouissement de déchets nucléaires. Cinq militants, placés sous contrôle judiciaire pour «association de malfaiteurs», viennent d’être déboutés par la Cour de cassation. Malgré cette décision, leur détermination ne faiblit pas contre ce qu’ils nomment la «poubelle nucléaire».

    «Je continuerai à militer contre ce projet en particulier et contre la filière nucléaire en général» confie à Sputnik Angélique Huguin, l'une des militants anti-nucléaires mis en examen sous contrôle judiciaire.

    Notre-Dame de la ZAD, un court-métrage de Xavier Delagnes
    © Photo. Société de production Aurora Films, Charlotte Vincent
    Ça y est, le verdict de la Cour de cassation est tombé: le pourvoi est rejeté. La Cour vient de rendre sa décision, deux semaines après l'examen du pourvoi en cassation de cinq militants qui ont été placés sous contrôle judiciaire en juin dernier pour «association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un ou plusieurs délits». Aujourd'hui, la Cour estime que les contrôles judiciaires «ne constituent pas une interdiction de mener une activité sociale et militante».

    Le 14 novembre, Sputnik avait assisté à l'audience à la Cour de cassation. Nous avions interrogé l'avocat des zadistes, Me Guillaume Lécuyer, ainsi que deux des cinq militants mis en examen, Angélique Huguin et Joël Domenjoud. Ils nous décrivent leurs conditions de vie sous contrôle judiciaire:

    «Depuis deux ans, une cinquantaine de procès, une vingtaine de perquisitions, autant d'interdictions de territoire, près de deux ans de prison ferme accumulés, des centaines de mois de prison avec sursis, une trentaine de gardes à vue, sept personnes sous contrôle judiciaire, des milliers d'euros d'amende… Le bilan de la répression des opposants à ce grand projet inutile est impressionnant et le déni démocratique et l'intimidation judiciaire est totale», s'indigne Michèle Rivasi, députée européenne EELV.

    De fait, ce n'est pas la seule action en justice qui frappe les militants opposés au projet de Bure. Le 13 novembre, le tribunal de Bar-le-Duc (Meuse) rendait son verdict dans le procès qui s'est tenu le 16 octobre dernier. Parmi les treize personnes qui passaient en procès ce jour là, certains ont écopé d'amendes et de prison ferme, d'autres ont été relaxés. Gaspard D'Allens, journaliste, écrivain et militant engagé à Bure contre l'enfouissement des déchets radioactifs, est de ceux-là.

    ​Le site Internet Bureburebure.info, animé par les militants opposés au projet de CIGEO (Centre industriel de stockage géologique), tient à jour un compte exhaustif des procès depuis 2013. Il y aurait actuellement «une quinzaine de procès en cours» ciblant des opposants au centre de stockage de déchets nucléaires de Bure. Le bilan dressé par le site fait état d'une cinquantaine de procès depuis 2016, 28 interdictions de territoire, près de deux ans de prison ferme cumulés et des centaines de mois de prison avec sursis.

    L'association CEDRA 52 dénonce l'ensemble des contrôles judiciaires dont sont victimes les militants comme des «atteintes graves aux libertés fondamentales».

    «Nous dénonçons ici un dispositif contraire aux libertés fondamentales, qui vise à paralyser tout un mouvement de lutte, celui d'opposition à un mégalomaniaque projet de l'industrie nucléaire, dont les travaux menacent de commencer à tout moment», s'insurge l'association de lutte contre le projet de CIGEO.

    Pour rappel, le projet en question vise à enfouir dans le sous-sol de la commune de Bure dans la Meuse (82 habitants) l'équivalent de 80.000 mètres cubes de déchets radioactifs à moyenne et haute activité à longue vie (MAVL et HAVL), acheminés par voie terrestre à raison d'une centaine de convois par an pendant 100 à 120 ans.
    Les opposants à ce projet dénoncent non seulement son coût important (entre 15 et 36 milliards d'euros), mais surtout les risques écologiques et humains, alors que l'histoire de l'industrie nucléaire a connu plusieurs accidents, dont certains aux conséquences planétaires (Tchernobyl et Fukushima, parmi d'autres).

    À Bure, les déchets seraient stockés dans des galeries à environ 500 mètres de profondeur, dans une couche géologique dont il faut s'assurer qu'elle soit stable, dense et étanche. Or, selon les opposants au projet, il serait difficile —sinon impossible- de garantir l'imperméabilité de ces couches profondes sur une durée de 100.000 ans, temps minimal requis pour que la radiotoxicité des déchets les plus radioactifs diminue et ne représente plus une menace pour l'écosystème.

    «Au fil du temps, l'eau et l'oxygène dégradent inexorablement l'acier et le béton renfermant les déchets radioactifs, ce qui augmente le risque de fuites et d'explosion. La radioactivité pourrait traverser la couche d'argile et contaminer la nappe phréatique lentement par diffusion ou rapidement via une voie d'eau», alerte le réseau Sortir du nucléaire.

    Le document «CIGEO, une faisabilité en question» produit par l'ingénieur Bertrand Thuillier, met en garde contre les risques de «contaminations radioactives qui seront principalement concentrées sur les voies d'accès au site (voies ferrées et gares, en particulier)», mais aussi contre «une pollution atmosphérique multiple constituée de radioéléments gazeux, d'aérosols radioactifs, de poussières, de fumées», sans compter les risques d'accident, d'explosions ou d'incendies, bien plus graves et imprévisibles.

    Lire aussi:

    Manifestation contre l'enfouissement de déchets nucléaires à Bure: des Français enragent
    «Hulot m'a radicalisé», heurts et gaz lacrymogènes: action anti-nucléaire interdite à Bure
    Bure: s'opposer au projet nucléaire Cigéro revient à être un «dissident de l'État»
    Tags:
    contrôle judiciaire, militants, déchets radioactifs, CEDRA 52, CIGEO, Cour de cassation française, Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), Bertrand Thuillier, Gaspard D'Allens, Me Guillaume Lécuyer, Joël Domenjoud, Angélique Huguin, Michèle Rivasi, Bar-le-Duc, Meuse, Bure, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik