Ecoutez Radio Sputnik
    Annick Girardin à La Réunion

    Huée à La Réunion, une ministre exfiltrée d’une rencontre tendue avec des «gilets jaunes»

    © AFP 2018 Richard BOUHET
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (244)
    12311

    14 jours après le début de la mobilisation des «gilets jaunes» à La Réunion, la tension ne s’affaiblit toujours pas. Huée par des manifestants, la ministre des Outre-mer Annick Girardin qui est venue annoncer des mesures spécifiques pour l’île, a été exfiltrée par son service d’ordre ce vendredi.

    Au quatorzième jour du mouvement des «gilets jaunes» à La Réunion, la mobilisation reste bien forte. La rencontre de la ministre des Outre-mer Annick Girardin avec les manifestants s'est déroulée sous tension, ont rapporté les médias.

    ​Même si elle n'était pas insultée directement, Mme Girardin a toutefois été obligée de traverser une foule de manifestants en colère qui scandaient «Macron démission». Elle a même dû être exfiltrée par son service d'ordre lors d'une rencontre très houleuse ce vendredi, au lendemain de l'annonce de mesures qui semblent ne pas convaincre les manifestants.

    ​Selon les «gilets jaunes», les mesures sociales annoncées ont déjà été présentées précédemment dans le plan pauvreté d'Emmanuel Macron et ne sont donc pas spécifiques à La Réunion. De plus, les mesures qui avaient été suggérées sur l'emploi et les logements n'apportent que peu de nouveauté, à l'exception de la création d'une zone franche globale à 7% de taux d'imposition pour les entreprises.

    Après le Port-Est, Mme Girardin a rencontré une nouvelle délégation des «gilets jaunes» à la sous-préfecture de Saint-Paul. Lors des discussions qui ont duré plus de trois heures, la ministre a notamment annoncé qu'elle parlerait vendredi soir «des marges et de l'octroi de mer» (taxes sur les produits importés et locaux). De même, elle a proposé de créer conjointement avec les «gilets jaunes» des «groupes de travail» pour que tous les prix soient étudiés.

    Il est à noter que c'est la première fois depuis son arrivée à La Réunion le mercredi 28 novembre qu'une rencontre avec des «gilets jaunes» soit aussi houleuse pour la ministre. Par ailleurs, au bout de quatorze jours de mobilisation des «gilets jaunes» sur l'île, les barrages restent toujours aussi nombreux. Ils sont une vingtaine sur les principaux axes routiers selon la Direction régionale des routes. Ce vendredi, l'université était toujours fermée aux étudiants. En revanche, les écoles de 11 communes sur les 24 de l'île étaient ouvertes ainsi que les collèges et lycées.

    Les revendications des «gilets jaunes» réunionnais vont de la suppression des charges sociales à une meilleure prise en compte «des besoins des Réunionnais», en passant par l'abrogation de l'octroi de mer. Les 17 et 18 novembre, les «gilets jaunes» ont vigoureusement manifesté sur l'île de la Réunion, et par la suite, les autorités locales ont cédé aux exigences des manifestants en gelant la taxe spéciale sur la consommation de carburant.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (244)

    Lire aussi:

    «Gilets jaunes»: la ministre des Outre-Mer très chahutée à La Réunion (vidéo)
    Ces revendications profondes que les «gilets jaunes» ont transmises au gouvernement
    Un «gilet jaune» filme secrètement la rencontre avec le ministre de l'Écologie (vidéo)
    Tags:
    gilets jaunes, carburant, rencontre, tensions, taxes, politique, manifestation, Annick Girardin, La Réunion
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik