Ecoutez Radio Sputnik
    Gilets jaunes le 1 décembre 2018 à Paris

    «Gilets jaunes»: le gouvernement évoque l’état d’urgence, le Net s’enflamme

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (241)
    867415

    Tout comme Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux n'a pas exclu le rétablissement de l'état d'urgence pour endiguer les violences qui s’accroissent depuis la première journée de mobilisation des «gilets jaunes» le 17 novembre. Ses assertions n’ont pas tardé à provoquer des réactions mitigées sur les réseaux sociaux.

    Suite aux débordements survenus hier en marge de la manifestation des «gilets jaunes», le gouvernement français étudie toutes les options pour éviter de nouvelles scènes d'émeutes, notamment celle de l'instauration de l'état d'urgence, a annoncé le porte-parole.

    Certains internautes ont salué cette mesure pour maîtriser la situation actuelle:

    D'autres y ont vu un «signe de l'incapacité» du pouvoir et des forces de l'ordre qui ont perdu le contrôle.

    La plupart des internautes ont exprimé leurs inquiétudes quant à une mutation progressive de l'État de droit en France:

    Quelques-uns y ont vu la tentative d'Emmanuel Macron de s'accaparer les pleins pouvoirs:

    La manifestation des «gilets jaunes» contre l'érosion du pouvoir d'achat a été entachée samedi de graves violences, notamment à Paris, qui ont entraîné l'interpellation de 412 personnes et provoqué 133 blessés dont 23 parmi les forces de l'ordre, selon la préfecture.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (241)

    Lire aussi:

    «Retour du superhéros»: Sarkozy évoquerait son comeback, le Net ne mâche pas ses mots
    «Gilets jaunes»: «on ne peut pas gouverner contre le peuple» dit Bayrou, le Net s’enflamme
    «Le syndrome de Hollande»: la Toile obnubilée par la cravate de travers de Macron
    Tags:
    gilets jaunes, état d'urgence, manifestation, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik