Ecoutez Radio Sputnik
    Thierry Mariani

    Pour Thierry Mariani, la présidence Macron serait devenue synonyme de chaos

    © AFP 2018 VASILY MAXIMOV
    France
    URL courte
    312813

    L’ancien ministre français des Transports, Thierry Mariani, a déclaré sur Twitter qu’en votant Emmanuel Macron, le pays avait obtenu le chaos au lieu de la protection de la démocratie et des libertés fondamentales, prêchée lors de la campagne présidentielle de ce dernier.

    Thierry Mariani, ancien secrétaire d'État puis ministre français des Transports de 2010 à 2012, s'est prononcé sur la politique intérieure du gouvernement français sous Emmanuel Macron:

    Le gouvernement français étudie toutes les options pour éviter de nouvelles scènes d'émeutes, y compris la piste de l'instauration de l'état d'urgence, a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, sur Europe 1.

    «Christophe Castaner a évoqué l'état d'urgence. Il y a une réunion tout à l'heure avec le Président de la République, le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur pour faire d'abord un bilan de la journée d'hier et voir quelles sont les mesures que nous pourrions prendre pour éviter cela parce qu'il n'est pas question que chaque week-end devienne un rendez-vous et un rituel de la violence», a-t-il ajouté, cité par Reuters.

    Toute la journée de samedi, le centre et l'ouest de Paris ont été le théâtre d'importantes violences urbaines. Elles ont fait 133 blessés, dont 23 membres des forces de l'ordre, et ont conduit au placement en garde à vue de 378 personnes sur les 412 interpellées, selon un bilan communiqué par la préfecture de police dimanche.

    Lire aussi:

    «Gilets jaunes»: le gouvernement n’exclut pas d’instaurer l’état d’urgence
    Macron ne s'exprimera pas ce dimanche sur les «gilets jaunes», selon l'Élysée
    Violences à Paris: 133 blessés, 412 interpellations, 378 personnes placées en garde à vue
    Tags:
    état d'urgence, Thierry Mariani, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik