Ecoutez Radio Sputnik
    Qui sont les auteurs des violences du 1er décembre à Paris? Avis contradictoires du Net

    Qui sont les auteurs des violences du 1er décembre à Paris? Avis contradictoires du Net

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (255)
    30320

    Au lendemain de la troisième grande mobilisation des «gilets jaunes», habitants et visiteurs de la capitale française ont pu constater les dégâts: véhicules calcinés, vitrines brisées et bâtiments endommagés que montrent aussi des images relayées sur le Net. Des internautes ont donné leurs avis tranchés sur les auteurs de ces événements.

    Casseurs, vandales, extrême gauche… Réagissant aux destructions commises à Paris le 1er décembre lors du troisième acte de la manifestation des «gilets jaunes», responsables politiques et internautes ne sont pas restés à l'écart et ont commencé à exprimer leurs opinions sur les personnes à l'origine de ces événements.

    D'après le responsable de la Génération Nation Haute-Garonne, Audrey Bibollet, la mobilisation des «gilets jaunes» était «pacifique» et ce sont des «gilets rouges», à savoir des «casseurs d'extrême gauche», qui ont «décrédibilisé» le mouvement.

    ​Selon Jean Messiha, membre du Bureau national du RN, la presse française n'a pas «évoqué les centaines de casseurs issus de la diversité» qui ont effectué ces «pillages massifs» et qui n'étaient pas des «gilets jaunes».

    ​De nombreux internautes ont toutefois écrit que les auteurs des dégradations commises étaient des membres du mouvement des «gilets jaunes» et qu'ils ne le leur «pardonneraient jamais».

    ​​«Honte à eux», ont martelé des utilisateurs de Twitter à l'intention des «gilets jaunes» tout en s'interrogeant sur la manière dont «ces actes de barbarie» pourraient «améliorer leur pouvoir d'achat».

    ​​​Certains internautes ont fait remarquer d'une manière plutôt sarcastique que la question des «gilets jaunes» de savoir où passe l'argent de leurs impôts a une réponse… Selon eux, il est dépensé en «réparations des actes de vandalismes sur les Champs-Élysées et ailleurs».

    ​Pour Thomas Guénolé, candidat de La France Insoumise aux élections européennes de 2019, qui affirme avoir «bien regardé» les événements, les «violents» ne sont pas des «casseurs» mais des «insurgés» et ce qu'ils font est une action «politique» et non pas du «simple vandalisme». 

    D'autres utilisateurs des réseaux sociaux sont persuadés que des «antifas» et des «hooligans nationalistes» ont pris part aux «violences» commises sur la place de l'Etoile.

    ​En France, après une première manifestation qui s’est déroulée le 17 novembre, des membres du mouvement des «gilets jaunes» ont organisé le 1er décembre le troisième acte de leur mobilisation.  Dénonçant à l'origine la hausse des carburants, ils expriment désormais une colère sociale bien plus profonde. Le dernier rassemblement a été marqué par d'importantes violences urbaines dans la capitale française. Elles ont fait 133 blessés, dont 23 membres des forces de l'ordre, et ont conduit au placement en garde à vue de 378 personnes sur les 412 interpellées, selon un bilan communiqué par la préfecture de police dimanche. 

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (255)

    Lire aussi:

    Les «gilets jaunes» «convertissent» les CRS à leur cause (images)
    31.000 manifestants? Le Net raille les chiffres officiels sur les Gilets jaunes (vidéos)
    De Bruxelles à Bagdad, les Gilets jaunes s’internationalisent (photos)
    Tags:
    gilets jaunes, réaction du Net, destruction, manifestation, violences, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik