France
URL courte
Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)
39693
S'abonner

En colère contre la réforme du financement des transports sanitaires, les ambulanciers ont prévu de se rassembler ce lundi 3 décembre à Paris, après une série de manifestations à Marseille, Bordeaux et Lyon. Une mobilisation qui risque à nouveau de paralyser les rues de la capitale.

Deux jours après les «gilets jaunes», Paris est à nouveau mise à l'épreuve de la colère sociale. Ce lundi 3 décembre, les ambulanciers sont appelés à manifester contre la réforme du financement des transports sanitaires.Plusieurs centaines de personnes sont déjà rassemblées place de la Concorde, des blocages sont signalés sur le pont de la Concorde devant l'Assemblée Nationale.

Après la mise en place de cette dernière, les employés de ce domaine ont multiplié les actions pour montrer leur colère. Quelque 300 ambulances et taxis ont manifesté mercredi 28 novembre à Marseille, Bordeaux et Lyon, bloquant la circulation et organisant des opérations escargot.

Les 5 et 6 novembre, les manifestants avaient perturbé la circulation sur le périphérique parisien avant de se rassembler le 16 à proximité du ministère de la Santé.

Les ambulanciers réclament la suppression de l'article 80 du projet de budget de la sécurité sociale 2017, entré en vigueur le 1er octobre 2018.

Depuis cette date, la prise en charge des transports des patients revient directement aux hôpitaux et cliniques plutôt qu'à l'Assurance maladie, tout comme le choix des ambulances privées, auparavant réservé aux patients.

Nouveaux messages
  • 23:24

    Une ambulance prend feu devant le palais Bourbon

    Un véhicule garé devant l'Assemblée nationale et participant au blocage organisé par des ambulanciers a pris feu ce lundi soir, informe le correspondant de Sputnik sur place, soulignant que la cause demeure incertaine et qu'il pourrait s'agir d'un incendie d'origine accidentelle.

  • 22:05

    Comme l’explique au micro de Sputnik Rachid Soukhmani, président de l'association pour la défense des transports sanitaires (ADTS), au cours de la journée, les ambulanciers ont été reçus par plusieurs groupes parlementaires, dont La France insoumise, le PS, Les Républicains, LREM et des conseillers du président de l’Assemblée nationale.

    Ensuite, on leur a assuré que la ministre de la Santé Agnès Buzyn était prête à les recevoir s’ils libèrent la place, or, assure-t-il, ce n’était qu’une promesse pour qu’ils quittent les lieux.

    «Et là on est revenus devant l’Assemblée nationale où on était ce matin.»

  • 21:24

    Se référant aux chiffres de la préfecture de police de Paris, l'AFP communique que 600 véhicules et 800 personnes étaient rassemblés place de la Concorde entre 07h00 et 20h30.

  • 20:49

    Après avoir quitté les lieux, les ambulanciers en colère sont de retour devant l'Assemblée nationale.

    Des ambulanciers en colère devant l'Assemblée nationale
    © Sputnik

    Des dizaines d'ambulances aux feux allumés klaxonnent devant le palais Bourbon le soir de la mobilisation.

  • 20:39

    Après la place de la Concorde, les ambulanciers ont bloqué lundi soir le haut de l’avenue des Champs-Élysées

    Comme le communiquent les médias, les ambulanciers se sont rendus devant le ministère de la Santé, espérant être reçus par la ministre Agnès Buzyn. Ensuite, ils ont bloqué pendant une brève période le haut des Champs-Élysées avant de retourner devant l'Assemblée nationale.

  • 17:27
    Jean Lassalle

    Les lois «les condamnent à mort»: Jean Lassalle sur la mobilisation des ambulanciers

    Deux députés français ont rejoint lundi les ambulanciers en colère menant leur action devant l’Assemblée nationale. Au micro de Sputnik, ils commentent la mobilisation de ces employés de la santé.
    En savoir plus
  • 13:36

    Toujours un important rassemblement à proximité de l’Assemblée. Les CRS surveillent la situation.

    Nouvelle action des ambulanciers à Paris, le 3 décembre
    © Sputnik
    Nouvelle action des ambulanciers à Paris, le 3 décembre
    © Sputnik
  • 11:24

    «On n’entend parler que des gilets jaunes et pourtant on veut être entendu en dehors d’eux»

     Nouvelle action des ambulanciers à Paris, le 3 décembre
    © Sputnik

    «J'ai fait 850 km, c'est mon jour de repos, bien sûr que j'espère être entendu. On veut y croire. On a roulé deux nuits pour être là à 5h», raconte Sebastien Gabotti, ambulancier venu de Marseille.

    «On n'entend parler que des gilets jaunes et pourtant on veut être entendu en dehors d'eux. On est sur le combat de l'article 80. (...) C'est pas la même cause, on est là pour les ambulanciers», dit-il.

    «On est tout le temps sur la route. (...) C'est l'hécatombe. On finit tous les mois dans le rouge», poursuit cet ambulancier, ajoutant qu'il souhaiterait être entendu par la ministre après avoir été reçu à la préfecture de Marseille.

    «On est tiré vers le bas. Les pauvres continuent à être pauvres. Avec 1.600 euros, qu'est-ce que je fais? J'ai des crédits pour 900 euros. J'ai déjà plus de la moitié de mon salaire qui passe dans les crédits. Et encore, j'ai de la chance, je suis propriétaire».

  • 10:48

    «Macron démission», scande la foule alors qu’Éric Coquerel, avec un haut-parleur, s’adresse aux ambulanciers.

    «Les revendications des manifestants sont justes», dit le député de la France Insoumise. «Avec nous dans la rue», lui répond la foule.

  • 10:44

    Les manifestants se massent devant l’Assemblée. Certains d’entre eux allument des torches et des fumigènes. La situation est pour l’instant sous contrôle. Forte mobilisation policière.

  • 10:11

    Jean Lassalle et Éric Coquerel présents parmi les manifestants rassemblés près de l’Assemblée.

    Venus à la rencontre des ambulanciers, Jean Lassalle et Éric Coquerel ont exprimé leur soutien aux manifestants évoquant également le mouvement des «gilets jaunes».

    «Les ambulanciers se mobilisent depuis des semaines, ça affaiblit tout le pays», a indiqué Éric Coquerel, ajoutant «nous, les députés, nous devons être avec eux».

    M. Lassalle a de son côté affirmé qu'il était venu ce matin parler aux ambulanciers pour mieux comprendre leurs sources de préoccupations et voir «pourquoi ils sont là».

    Abordant le sujet de la manifestation des «gilets jaunes», il a dit: «Il faut que le gouvernement fasse un pas pour entrer tout de suite en discussion avec les gilets jaunes».

  • 09:46

    Toutes sirène hurlantes et au son de pétards, des ambulances sont notamment stationnées sur le pont de la Concorde, devant l'Assemblée nationale, quand d'autres bloquaient complètement l'accès à la place depuis la rue de Rivoli, à l'appel de l'Association de défense des transporteurs sanitaires.

    Nouvelle action des ambulanciers à Paris, le 3 décembre
    © Sputnik
  • 09:27
     Nouvelle action des ambulanciers à Paris, le 3 décembre
    © Sputnik
  • 09:13

    Les ambulanciers allument un feu près de l’Assemblée nationale

    Alors que les pompiers ont éteint le feu, une manifestante appelle au calme: «Pacifique! Ceux qui sont pour le feu, à côté!»

    Nouvelle action des ambulanciers à Paris, le 3 décembre
    © Sputnik
  • 08:34

    Sous la surveillance des pompiers, des manifestants tentent de mettre le feu à des pneus place de la Concorde.

  • 08:20

    Un groupe de manifestants a renversé des barrières de la police.

    Nouvelle action des ambulanciers à Paris, le 3 décembre
    © Sputnik
  • 08:04

    On entend le bruit des pétards qui explosent sous un pont, où des fumigènes sont brûlés. Les manifestants cherchent apparemment à bloquer la circulation.

  • 08:04

    La manifestation était initialement prévue place Vauban, mais s’est déplacée au dernier moment place de la Concorde, explique à Sputnik un ambulancier.

    «Si on proteste de manière aussi forte, c'est pour montrer au gouvernement qu'il y a un problème», dit-il, revenant sur la vague de rassemblements qui a déferlé sur Paris et en région. «Ils ne nous ont pas écoutés».

  • 07:55

    «Ambulanciers en colère», peut-on lire sur les véhicules. Certains ont également repris le slogan devenu symbole des «gilets jaunes»: «La France c’est nous. Macron démission»

    Nouvelle action des ambulanciers à Paris, le 3 décembre
    © Sputnik
  • 07:47

    «On est là pour manifester, on n’est pas des casseurs», dit à Sputnik un des manifestants avant d’ajouter: «Aujourd’hui, on boque la place de la Concorde».

  • 07:43

    Des centaines d’ambulances, leurs gyrophares allumés, sont stationnées place de la Concorde. On voit certains manifestants allumer des fumigènes. L’ambiance est pour l’instant pacifique.

En direct
Après les «gilets jaunes», des centaines d’ambulanciers en colère devant l’Assemblée
+
Dossier:
Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)
Tags:
ambulanciers, manifestation, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook