France
URL courte
Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)
39653
S'abonner

Le Monde a publié le 3 décembre une vidéo d’un homme, Mehdi K., présenté comme étant la personne violemment frappée par plusieurs CRS lors d’une interpellation à Paris en marge des manifestations des «gilets jaunes» le 1er décembre. Après que Libération a douté qu’il s’agissait de la victime de ce passage à tabac, la vidéo a été supprimée.

Suite à une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux montrant une violente interpellation d’un homme par plusieurs CRS le 1er décembre devant le magasin de meubles Ligne Roset au 49 rue de Berri, dans le 8e arrondissement de la capitale française, le Monde a annoncé avoir retrouvé cette personne. D’après le quotidien, il s’agirait de Mehdi K., 21 ans, dont le témoignage vidéo a été publié sur le site du journal. Mais après que Libération a indiqué que le jeune homme ne serait pas en réalité la victime de ce passage à tabac, la vidéo a été supprimée.

Sur cette vidéo, le jeune homme affirme juste avoir décidé de se rendre sur les lieux où les casseurs étaient en train de commettre leurs actes contre le mobilier urbain et des véhicules en vue de tout simplement «filmer un peu avec son téléphone».

C'est à ce moment que Mehdi K. affirme avoir vu les forces de l'ordre arriver et commencé «à courir avec un groupe». Pourtant, il n'a pas réussi à se cacher et a été attaqué par les CRS, comme le montre la vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux.

Par la suite, le jeune homme assure avoir été embarqué dans un fourgon de police se dirigeant vers le commissariat. C'est alors qu'il s'est mis soudainement à vomir du sang, apprend-on de son témoignage.

«Ils ont appelé les pompiers, ils ont vu que c'était vraiment dangereux […] ils m'ont ramené à l'hôpital.»

D'après France Soir, le jeune homme souffre d'une fracture du plancher de l'orbite gauche. Il a déclaré vouloir porter plainte.

Libération a qualifiée d'«authentique», plusieurs CRS frappent violemment un homme devant le magasin de meubles Ligne Roset au 49 rue de Berri, dans le 8e arrondissement de Paris, en marge de la manifestation des «gilets jaunes» le samedi 1er décembre. Il est pourtant impossible de voir sur cette vidéo ce qui précédait cette scène de violence et donc de comprendre si le jeune homme, comme il l'affirme, n'était pas un casseur.

En France, après une première manifestation qui s'est déroulée le 17 novembre, des membres du mouvement des «gilets jaunes» ont organisé le troisième acte de leur mobilisation le samedi 1er décembre. Dénonçant à l'origine la hausse des carburants, ils expriment désormais une colère sociale bien plus profonde.

Le dernier rassemblement a été marqué par d'importantes violences urbaines dans la capitale française. Elles ont fait 133 blessés, dont 23 membres des forces de l'ordre, et ont conduit au placement en garde à vue de 378 personnes sur les 412 interpellées, selon un bilan communiqué par la préfecture de police dimanche.

Dossier:
Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)

Lire aussi:

Ce propriétaire d’hôtel avait loué une chambre à Xavier Dupont de Ligonnès la première nuit de sa cavale
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Des médecins avouent avoir vacciné des moins de 55 ans à l’AstraZeneca malgré une recommandation contraire
Le variant sud-africain pourrait «traverser» le vaccin Pfizer, selon une étude israélienne
Tags:
gilets jaunes, hooligans, blessure, violences, victimes, police, mobilisation, Compagnie républicaine de sécurité (CRS), Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook