Ecoutez Radio Sputnik
    Gilets jaunes le 1 décembre 2018 à Paris

    L'état d'urgence contre les Gilets jaunes: «l'effet serait soit nul soit négatif»

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Elliot Lelievre
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (241)
    13273

    La France pourrait-elle instaurer l'état d'urgence pour mettre un terme aux violences commises en marge de la mobilisation des Gilets jaunes, notamment celles du 1er décembre dernier? Si ce n'est pas un «tabou» pour le ministre de l'Intérieur, Christian Vallar, avocat au barreau de Nice, estime au micro de Sputnik que ce n'est pas une solution.

    «Pas de tabou» quant à une éventuelle instauration de l'état d'urgence: c'est ce qu'a déclaré Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, le 1er décembre dernier en réponse aux violences ayant terni l'acte 3 des Gilets jaunes à Paris.

    Et si le gouvernement n'a pas fermé la porte à un retour à l'état d'urgence, c'est que la mobilisation sur les Champs-Élysées mêlant casseurs aux motivations les plus diverses et Gilets jaunes a dégénéré en affrontements avec les forces de l'ordre. Et le bilan est lourd: 263 blessés, un mort et 378 mises en garde à vue.

    Loin d'être anodine, l'instauration de l'état d'urgence réduit les droits de tous les citoyens, sans apporter aucune garantie au pouvoir exécutif de pouvoir reprendre le contrôle du mouvement de contestation des Gilets jaunes, qui jouit d'un fort soutien de l'opinion publique, explique Christian Vallar, avocat au barreau de Nice et doyen de la faculté de Droit et de sciences politiques de l'Université Nice —Sophia Antipolis (UNS):

    «Dans le fond, ça ne changerait pas grand-chose. L'état d'urgence permet l'interdiction en réunion, mais n'aurait que peu de prises sur ce mouvement [des Gilets jaunes, ndlr] qui n'en est pas un. C'est un effet d'annonce politique», assure Christian Vallar.

    En revanche, l'avocat alerte quant à une éventuelle réinstauration de l'état d'urgence, qui serait selon lui «contre-productive».

    «Cela calmerait-il la situation? Non, je ne pense pas. L'état d'urgence renvoie à 2015, à la menace terroriste. L'effet pratique, psychologique, serait soit nul, soit négatif», observe le doyen de la faculté de Droit et de sciences politiques de l'UNS.

    D'autant qu'alors que certains membres des forces de l'ordre sont sortis ces derniers jours de leur réserve pour afficher leur fatigue, voire leur exaspération. Instaurer l'état d'urgence reviendrait à faire peser davantage de poids sur leurs épaules, et donc à augmenter le risque de bavures… ou de mise en retrait des forces de l'ordre.

    «Ça ferait des taches supplémentaires. On a vu [le 1er décembre] une grande maîtrise des forces de l'ordre, mais il y a eu beaucoup de blessés et il y a de l'épuisement», déclare Christian Vallar.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (241)

    Lire aussi:

    «Gilets jaunes»: la mobilisation du 1er décembre plus forte que celle du samedi précédent
    «La police avec nous!», un rêve des Gilets jaunes pas (encore) tout à fait devenu réalité
    Pour Poutou, les Français se trouvent «dans une sorte de chantage du gouvernement»
    Tags:
    état d'urgence, police, Compagnie républicaine de sécurité (CRS), Christian Vallar, Christophe Castaner, Emmanuel Macron, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik