France
URL courte
Polémique autour du Pacte de Marrakech (29)
30341
S'abonner

La prochaine approbation par Emmanuel Macron du pacte mondial sur les migrations à Marrakech a agité les réseaux sociaux et provoque des appels à soumettre la question lors d’un référendum, jugeant que le texte risquait d'encourager l'immigration clandestine.

Les chefs d'États des pays membres de l'Onu, parmi lesquels Emmanuel Macron, se réuniront les 10 et 11 décembre prochain à Marrakech pour signer le Pacte mondial sur les migrations. Décliné en 23 objectifs, le texte fera office de référence internationale tant dans le domaine de la migration que dans celui de sa gestion et ambitionne également de faciliter les flux migratoires.

Cette prochaine approbation du pacte a provoqué une levée de boucliers parmi l'opposition française et les internautes. Les voix appelant à soumettre la signature par la France du pacte à un référendum résonnent sur le Net. Une pétition a été créée.

Lors d'une conférence donnée par le Rassemblement National ce lundi, Marine Le Pen n'a pas caché son inquiétude quant à sa ratification imminente par la France. Elle a notamment accusé cet accord de «préparer une nouvelle étape dans la submersion organisée de notre pays».

De nombreux internautes ont étrillé le pacte:

Le président des Patriotes, Florian Philippot, a de son côté appelé à stopper cette folie.

La députée des Républicains Valérie Boyer a souligné le timing de l'approbation du document.

Avant elle, le député du même parti Eric Ciotti avait déjà appelé Emmanuel Macron à ne pas signer le Pacte mondial sur les migrations, «une boîte de Pandore qui instaurera un appel d'air mondial et une forme de droit à l'immigration». Fin novembre, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan exigeait pour sa part un référendum sur le sujet.

Dossier:
Polémique autour du Pacte de Marrakech (29)

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
Pacte de Marrakech, migration, ONU, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook