Ecoutez Radio Sputnik
    L'Assemblée nationale

    La hausse des taxes sur les carburants aurait été annulée pour l'année 2019

    © REUTERS / Charles Platiau
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (225)
    34739

    Après que l'Assemblée nationale a approuvé mercredi les annonces d'Édouard Philippe en réponse à la crise des Gilets jaunes, le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a affirmé, en évoquant un échange téléphonique avec Emmanuel Macron, que la hausse des taxes sur le carburant est «annulée pour l'année 2019».

    L'Assemblée a approuvé mercredi par 358 voix contre 194 les mesures annoncées par le Premier ministre français en réaction à la crise des Gilets jaunes, a indiqué l'AFP. Par la suite, le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a déclaré sur BFM TV que les augmentations de taxe sur les carburants prévues pour le 1er janvier 2019 avaient été «annulées pour l'année 2019».

    «Comme ça il n'y a pas d'entourloupe. Le Président, je l'ai eu au téléphone il y a quelques minutes. Il m'a dit: "les gens ont eu l'impression qu'il y avait une entourloupe, qu'on leur disait c'est une suspension mais hop ça reviendra après"», a indiqué le ministre.

    Les propos du ministre, qui évoque un entretien téléphonique avec Emmanuel Macron, semblent créer une confusion, confirmant les informations parues dans les médias français, mais survenant après la déclaration du chef du gouvernement mercredi à l'Assemblée nationale:

    «La hausse de cette taxe (carbone) est désormais abandonnée dans le PLF 2019 (projet de loi de finances). Elle ne sera pas dans le PLF 2019 et toute solution devra être issue du débat», avait expliqué pour sa part Édouard Philippe, qui n'avait pas exclu dans l'après-midi que la hausse soit inscrite dans un budget rectificatif «au printemps», à l'issue des débats conduits en région.

    Après l'annonce mardi de la suspension de la hausse des taxes sur les carburants pendant six mois, des sources à l'Élysée ont indiqué mercredi soir à des médias français que cette hausse avait été finalement supprimée pour l'année 2019. 

    «Le Président de la République et le Premier ministre ont souhaité de concert que la hausse de la taxe carbone prévue dans le PLF 2019 soit supprimée», a fait savoir l'Élysée dans la soirée, citée par l'AFP.

    Emmanuel Macron s'est pour sa part opposé à tout rétablissement de l'Impôt sur la fortune (ISF), a rapporté l'Élysée à l'AFP, confirmant une information des Échos.

    «Nous ne détricoterons rien de ce qui a été fait depuis 18 mois», a déclaré le chef de l'État selon cette source.

    À l'approche du 4e acte des Gilets jaunes samedi, le chef du gouvernement français a promis de renoncer à l'augmentation des prix du carburant si les «bonnes solutions» ne sont pas trouvées sur le pouvoir d'achat lors de la concertation locale décidée pour répondre à la crise des Gilets jaunes.

    Le dernier rassemblement des Gilets jaunes a été marqué par d'importantes violences et dégradations urbaines dans la capitale française. Elles ont fait 133 blessés, dont 23 membres des forces de l'ordre, et ont conduit au placement en garde à vue de 378 personnes sur les 412 interpellées, selon un bilan communiqué par la préfecture de police dimanche.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (225)

    Lire aussi:

    «Gilets jaunes»: Bruno Le Maire appelle à accélérer la baisse des impôts en France
    Ces revendications profondes que les «gilets jaunes» ont transmises au gouvernement
    «Nous n’annulerons pas la taxe»: à quoi bon une rencontre Philippe/«gilets jaunes»?
    Tags:
    tarifs, carburant, budget, électricité, gaz, AFP, Édouard Philippe, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik