Ecoutez Radio Sputnik
    LREM

    Ayant voté pour la loi anti-fake news, certains élus LREM en propagent eux-mêmes

    © AFP 2018 GEOFFROY VAN DER HASSELT
    France
    URL courte
    9191

    La loi contre la manipulation de l’information ait finalement été adoptée par l'Assemblée nationale, mais un couac vient de survenir. Des députés de la majorité ont relayé des fausses informations sur un lien éventuel entre les Gilets jaunes et Steve Bannon, ancien conseiller de Donald Trump connu pour ses opinions nationalistes.

    Si les fausses nouvelles sont nombreuses en ligne, personne n'est épargné par le partage d'informations douteuses. Même les députés LREM, qui représentent la majorité et ont voté en force pour l'adoption de la loi anti-fake news. D'après le site CheckNews, plusieurs d'entre eux ont tweeté ou retweeté un message publié par le compte Team Macron, qui évoquait un lien entre un site Web du nom des Gilets jaunes et Steve Bannon, ancien directeur de campagne de Donald Trump, connu pour être nationaliste.

    Dans la nuit du 5 au 6 décembre, Aurore Bergé, Émilie Chalas et Coralie Dubost ont partagé «une capture d'écran d'un site permettant de faire des recherches sur les noms de domaine, semblant indiquer que le site "giletsjaunes.com" a été créé à Denver (USA) le 15 mai 2017, soit quelques jours après l'arrivée de Macron au pouvoir».

    Dans les faits, le nom de domaine giletsjaunes.com avait déjà été créé en 2014 pour contester les réformes des rythmes scolaires, symbolisé déjà par le port de gilets jaunes, relate BFMTV. Hébergé par l'entreprise française OVH, ce domaine avait été supprimé le 15 mai 2014, avant d'être réactivé puis supprimé une nouvelle fois le 12 mars 2017.

    Actuellement, l'adresse appartient à l'entreprise NameBright, basée à Denver (États-Unis), qui a pris en charge l'hébergement du site lors d'une nouvelle réactivation, en mai 2017. Le site Wayback Machine indique que le nom de domaine a ensuite été remis en vente.

    Le compte Team Macron a depuis supprimé son message tout comme les élus qui avaient mordu à l'hameçon.

    Sans dire qu'auparavant, Team Macron s'était déjà distingué par la propagation d'une fake news: le compte Twitter a partagé un extrait du live de BFMTV du samedi 24 novembre 2018 pour dénoncer ce qu'on a pensé être un salut nazi. Cette information avait été reprise par… Naïma Moutchou, rapporteuse LREM de la loi contre la manipulation de l'information!

    En janvier dernier, le chef de l'État français avait annoncé lors de ses vœux à la presse, vouloir «faire évoluer notre dispositif juridique pour protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles» dans une allusion à peine voilée aux médias RT et Sputnik.

    Lire aussi:

    Loi anti-fake news, la presse française se réveille-t-elle face à Macron?
    «La muselière de la censure arrive»: l’adoption à l'Assemblée de lois anti-fake news
    Sénateur russe: la loi fake news sera «dirigée contre le pluralisme d’opinion»
    Tags:
    loi anti-fake news, désinformation, La République en Marche! (LREM), France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik