France
URL courte
275517
S'abonner

Si le premier tour de la présidentielle avait eu lieu aujourd'hui, la présidente du Rassemblement national aurait battu le chef de l'Etat actuel, indique une étude réalisée par l'Ifop.

Marine Le Pen serait arrivée en tête du premier tour de la présidentielle si le vote s'était tenu aujourd'hui, en plein mouvement des Gilets jaunes, selon les résultats d'une enquête réalisée par l'Ifop pour le JDD.

Au total, 27% des personnes interrogées se sont déclarées prêtes à voter pour la présidente du Rassemblement national, alors qu'Emmanuel Macron cumule 25% des intentions de vote.

«La campagne ratée de Marine Le Pen en 2017, sa prestation catastrophique lors du débat de l'entre-deux-tours semblent avoir été oubliées. Il y a un vrai effet Gilets jaunes qui la pousse», explique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop, cité par le journal.

Toujours selon lui, Mme Le Pen «atteint un score impressionnant chez les ouvriers, à 58%». Le patron de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a pour sa part recueilli 14% des intentions de vote. Viennent ensuite l'ex-Premier ministre François Fillon (13%), Laurent Wauquiez (10%), Benoît Hamon (8%) et Nicolas Dupont-Aignan (7%).

Emmanuel Macron voit sa cote de popularité s'éroder dans le contexte des protestations des Gilets jaunes: d'après le dernier sondage Ipsos, seuls 20% des Français approuvent son action au poste présidentiel.

Lire aussi:

Trump: la Russie a envoyé un «très, très grand avion» d'équipements médicaux aux USA
Voici quelques options secrètes des voitures que leurs propriétaires ignorent souvent
Voici la température qui tue le coronavirus
Trump menacé d’une «épidémie surprise»: la curieuse prémonition de 2017
Tags:
popularité, intentions de vote, sondage, élection présidentielle, gilets jaunes, Rassemblement national (RN), La France insoumise (LFI), Ifop, Benoît Hamon, Laurent Wauquiez, François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook