Ecoutez Radio Sputnik
    Voiture de police française

    Face aux Gilets jaunes, les policiers français «à bout» proclament l'«Acte 1 de la colère»

    © AP Photo / Christophe Ena
    France
    URL courte
    40573

    Un syndicat de gardiens de la paix et de gradés a annoncé samedi le «premier acte de la colère de policiers», reprenant le terme utilisé par les Gilets jaunes.

    Les policiers français s'apprêtent-ils à prendre la relève des Gilets jaunes? Dans le sillage de l'acte 5 de ces derniers, le syndicat des gradés et des gardiens de la paix Unité SGP Police-Force ouvrière a annoncé samedi soir «l'ACTE 1 de la colère de policiers»:

    ​Auparavant, ce même syndicat avait fait part de la déception que lui avait inspirée le silence d'Emmanuel Macron envers les forces de l'ordre après ses concessions en faveur des protestataires:

    «Après les annonces du Président de la République, rien pour les gradés, gardiens et adjoints de sécurité! C'est inacceptable!», écrivait le syndicat le 11 décembre.

    D'après des informations fournies par un autre syndicat policier, Alliance, depuis le début de l'année, les gardiens de la paix ont accumulé plus de 20 millions d'heures supplémentaires qui ne leur ont pas été payées.

    Alliance a dénoncé une «situation explosive» chez les forces de l'ordre, mises à «rude épreuve» entre la nouvelle mobilisation nationale des Gilets jaunes et la lutte antiterroriste, qui a été momentanément renforcée après la fusillade de Strasbourg, rapportent des médias français.

    Selon Frédéric Lagache, numéro deux d'Alliance cité par l'AFP, les policiers français sont «entre épuisement et colère» et «en ont assez des gratitudes et veulent des actes» de la part des autorités.

    Face à l'augmentation des prix du carburant qui frappe surtout le diesel, de nombreux Français sont descendus dans les rues le 17 novembre 2018. La vague de mécontentement se poursuit et est notamment suivie en Belgique. Les mobilisations des Gilets jaunes en France ont régulièrement dégénéré en affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre et ont été marquées par de nombreux pillages, cassages, incendies, interpellations et violences extrêmes.

    Selon le dernier bilan, le ministère de l'Intérieur faisait état de 66.000 manifestants dans toute la France vers 19h00 dont 4.000 au plus fort de la journée à Paris samedi 15 décembre. Ces chiffres en baisse comparativement à la semaine dernière, ainsi que le fait que plus d'un policier a été mobilisé pour un seul manifestant, n'ont pas tardé à faire polémique.

    Lire aussi:

    Des artisans ayant travaillé à Notre-Dame déclarent ne pas arriver à comprendre l’incendie
    Un CRS matraque une Gilet jaune à la tête et la laisse inconsciente au sol (vidéo)
    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Tags:
    gilets jaunes, lutte antiterroriste, syndicats, police, protestations, Unité SGP Police-Force ouvrière, Frédéric Lagache, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik