France
URL courte
42744
S'abonner

Évoquant la situation actuelle de la France, le Premier ministre a admis dans un entretien aux Échos que l’exécutif avait «fait des erreurs» dans la gestion de la crise des Gilets jaunes. En outre, il a promis de tenir un débat sur le référendum d'initiative citoyenne, une des principales revendications des manifestants.

Le chef du gouvernement Édouard Philippe a concédé que l'exécutif n'avait «pas assez écouté les Français» et «fait des erreurs» dans la gestion de la crise des Gilets jaunes, dans une interview accordée au journal Les Échos à paraître lundi.

«Nous n'avons pas assez écouté les Français. Je reste persuadé qu'ils veulent qu'on transforme ce pays. Je leur dis que leur impatience est la mienne. Nous allons continuer à réparer le pays en les associant davantage», a souligné M.Philippe dans cet entretien mis en ligne dimanche soir.

De plus, le Premier ministre a assuré qu'un débat sur le référendum d'initiative citoyenne (RIC), une des revendications des Gilets jaunes, aurait lieu.

«Je ne vois pas comment on peut être contre son principe. Le référendum peut être un bon instrument dans une démocratie, mais pas sur n'importe quel sujet ni dans n'importe quelles conditions. C'est un bon sujet du débat que nous allons organiser partout en France. Comme l'est le vote blanc.»

M.Philippe a poursuivi que le gain de 100 euros net pour les salariés proches du Smic passera «par une hausse massive de la prime d'activité» qui sera versée «dès le 5 février pour compléter le salaire de janvier».

Cette hausse ne concernera donc pas tous les salariés au Smic car la prime d'activité tient compte de l'ensemble des revenus du ménage, mais «nous allons élargir le nombre de foyers éligibles [à la prime d'activité], qui passera de 3,8 millions à 5 millions», a précisé le Premier ministre.

Face à l'augmentation des prix du carburant qui frappe surtout le diesel, de nombreux Français sont descendus dans les rues le 17 novembre 2018. La vague de mécontentement se poursuit et est notamment suivie en Belgique. Les mobilisations des Gilets jaunes en France ont régulièrement dégénéré en affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre et ont été marquées par de nombreux pillages, cassages, incendies, interpellations et violences extrêmes.

Selon le dernier bilan, le ministère de l'Intérieur faisait état de 66.000 manifestants dans toute la France vers 19h00 dont 4.000 au plus fort de la journée à Paris samedi 15 décembre. Ces chiffres en baisse comparativement à la semaine dernière, ainsi que le fait que plus d'un policier a été mobilisé pour un seul manifestant, n'ont pas tardé à faire polémique.

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Méfiance face aux vaccins anti-Covid: «vous n’êtes ni des cobayes ni des jouets de l’industrie pharmaceutique»
Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Tags:
gilets jaunes, concessions, SMIC, débats, peuple, revendications, erreurs, augmentation, référendum, Édouard Philippe, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook