Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla

    Le Net sur Benalla et son pistolet à eau: «Ils nous prennent tous pour des cons?»

    © AFP 2019 Bertrand GUAY
    France
    URL courte
    Affaire Benalla (194)
    32355
    S'abonner

    Menacé de mise en examen pour «détention non autorisée d'arme de catégorie B», l'ex-collaborateur de l'Élysée a assuré devant les juges qu’il posait à l’époque sur son selfie avec un pistolet à eau. Si la justice suspend ses accusations, le Net en reste bouche bée.

    «C'est simple et ridicule», «ça peut paraître loufoque mais c'est la réalité»… Alexandre Benalla a affirmé devant les juges que l'arme qui figure sur son selfie pris lors de la campagne présidentielle d'En Marche!, était probablement un pistolet à eau, a appris dimanche l'AFP de source proche du dossier.

    Résultat, les juges d'instruction ont renoncé à ce stade à ordonner sa mise en examen pour «détention non autorisée d'arme de catégorie B», comme ils l'envisageaient initialement.

    La décision de la justice, ainsi que les explications de l'ex-collaborateur de l'Élysée ont fait réagir les internautes avec une sorte d'ironie…

    Ou d'irritation:

    Le 24 septembre, Mediapart avait publié une photo d'Alexandre Benalla aux côtés de deux hommes et d'une serveuse, l'air détendu, semblant brandir un pistolet de type Glock à une époque où il n'était pas autorisé à porter une arme en dehors du QG d'En marche! La scène s'est déroulée le 28 avril 2017 à Poitiers dans un restaurant, à quelques kilomètres de Châtellerault, où Emmanuel Macron venait de tenir un meeting.

    Au lendemain de la diffusion de cette photo, une enquête avait été ouverte à Poitiers pour déterminer si Alexandre Benalla disposait à cette époque d'une autorisation de port d'arme en bonne et due forme.

    Les investigations avaient ensuite été jointes à l'instruction menée à Paris depuis la révélation en juillet par Le Monde de son rôle présumé dans une interpellation musclée en marge des manifestations du 1er mai, sur la place de la Contrescarpe à Paris.

    Dossier:
    Affaire Benalla (194)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik