Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Sarkozy

    Sarkozy, «Président par intérim» de Macron? Le Net français voit mal sa visite en Géorgie

    © Sputnik . Ekaterina Chesnokova
    France
    URL courte
    43462

    À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy s’est déplacé dimanche dernier en Géorgie pour assister à l’investiture de la Présidente Salomé Zourabichvili. Ce choix logique pour l’Élysée a quand même été perçu avec une certaine méfiance par la Toile française…

    Chargé par Emmanuel Macron de représenter la France à l'investiture de la Présidente géorgienne, Nicolas Sarkozy s'est rendu le week-end dernier dans ce pays du Caucase.

    Ayant joué un rôle important lors du conflit armé en 2008, l'ancien Président français semblait être la personnalité idéale pour accomplir cette visite protocolaire. Ce n'est cependant pas ce que pensent certains internautes français qui ont lancé une véritable polémique autour de cet événement.

    Un assez grand nombre d'utilisateurs des réseaux sociaux français n'ont pas approuvé ce choix de l'exécutif français. Avec un sens de l'humour déjà éprouvé, ils se sont demandé si le Président français était bien Emmanuel Macron ou s'ils avaient raté des changements sur scène politique:

    D'après certains, le fait qu'Emmanuel Macron ne s'est pas déplacé lui-même relève du manque de respect envers la Géorgie:

    D'autres ont estimé qu'il aurait été plus logique d'envoyer à cet événement le Premier ministre ou le ministre des Affaires étrangères:

    Des internautes sont restés perplexes:

    Une bonne note d'humour de la part d'autres utilisateurs a un peu calmé la polémique:

    Lire aussi:

    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    EN CONTINU Au moins 13 blessés dans une explosion à Lyon: Macron parle d’une «attaque» (images)
    Au Maroc, «l’atmosphère est particulièrement hostile à ceux qui ne veulent pas jeûner»
    Tags:
    internautes, humour, Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, Géorgie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik