France
URL courte
17427
S'abonner

Le gouvernement a annulé, puis est revenu le jour même sur sa décision et rétablit une partie des mesures sociales annoncées en réponse aux Gilets jaunes. D’après la présidente du Rassemblement national, ce n’est que la preuve de son «amateurisme absolument total».

Après que le gouvernement a d’abord annulé mardi, puis rétabli le jour même certaines mesures prises à la mi-novembre en concession au mouvement des Gilets jaunes, la présidente du Rassemblement national (RN) a dénoncé l’«amateurisme» de ses membres.

«Le moins qu'on puisse dire c'est que ce gouvernement d'experts et d'économistes qu'on nous avait vendu fait preuve d'un amateurisme absolument total. On annonce des mesures et puis on les retire, puis on annonce qu'elles sont rétablies et ce à peu près dans l'intégralité des domaines», a-t-elle déclaré sur RTL.

Et d’ajouter que les membres du gouvernement n’avaient «aucune vision globale» parce qu’ils ne savent pas où ils se dirigent. «Ils réagissent à une actualité mais ils n'ont pas une idée précise de là où ils veulent mener le pays», a encore lancé Mme Le Pen.

Le 18 décembre, le gouvernement français avait annoncé le renoncement à certaines mesures prises à la mi-novembre en concession au début du mouvement des Gilets jaunes. Matignon voulait ainsi économiser jusqu'à 130 millions d'euros sur les 500 millions au total que devaient coûter ces premières mesures, parmi lesquelles l'extension du chèque énergie à deux millions de foyers supplémentaires, le relèvement du barème kilométrique et le doublement de la prime à la conversion.

Mais quelques heures plus tard, le gouvernement a affirmé que ces mesures seraient quand même maintenues.

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
condamnation, gouvernement, hôtel Matignon, Marine Le Pen, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook