France
URL courte
11441
S'abonner

Le Parquet national financier aurait saisi les biens immobiliers français du milliardaire émirati Khadem Al-Qubaisi, mêlé à «l’affaire 1MDB», le plus grand scandale de corruption international, relate Le Monde, se référant à des sources proches du dossier.

Le patrimoine immobilier français du milliardaire émirati Khadem Al-Qubaisi aurait été saisi par le Parquet national financier, dans le cadre du scandale de corruption connu sous le nom d'«affaire 1MDB», lit-on dans le Monde, qui se réfère à des sources proches du dossier.

Il s'agirait ainsi de la saisie d'une bastide près du cap de Saint-Tropez, achetée pour 11 millions d'euros, d'une villa de luxe à Ramatuelle estimée à 7,9 millions d'euros, d'un appartement avenue Montaigne à Paris acquis pour 4,4 millions d'euros et un autre près du Champ de Mars en coûtant 4,6 millions.

«La valeur cumulée de ces biens atteignant, au prix du marché actuel, 130 millions à 150 millions d'euros», résume Le Monde.

D'après le média, une enquête préliminaire à l'encontre de Khadem Al-Qubaisi pour des faits de «blanchiment de détournement de fonds» a été ouverte par le Parquet national financier (PNF) en février 2017.

«Toujours selon nos sources, l'enquête préliminaire du PNF a donc donné lieu, fin 2017, à la saisie de l'ensemble du patrimoine immobilier français de Khadem al-Qubaisi», précise le journal.

M.Al-Qubaisi est notamment mêlé à «l'affaire 1MDB», du nom du fonds souverain de Malaisie: 1Malaysia Development Berhad. À l'origine, ce fonds devait servir l'économie malaisienne, mais plusieurs de ses dirigeants l'auraient pillé pour leur confort personnel.

Lire aussi:

«Les vraies élites c’est nous», affirme Didier Raoult
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Plus de 20.000 manifestants pour réclamer justice pour Adama, des gaz lacrymogènes tirés
Camélia Jordana intervient et perturbe un contrôle de police en plein Paris
Tags:
parquet, saisie, corruption, Émirats Arabes Unis, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook