Ecoutez Radio Sputnik
    L'acte 6 des Gilets jaunes à Paris

    Policiers attaqués par des Gilets jaunes à Paris: ce qu’il s’est réellement passé

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)
    27486

    Après que trois policiers ont été pris à partie samedi sur les Champs-Élysées lors de l’acte 6 des Gilets jaunes, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «violences volontaires» contre les forces de l'ordre. De nombreux internautes affirment quant à eux que les policiers ont volontairement provoqué le cortège. Que s’est-il vraiment passé?

    Lors du dernier acte en date des manifestations des Gilets jaunes, trois policiers à moto ont été violemment pris à partie samedi en fin d'après-midi à Paris. Mais pourquoi des Gilets jaunes ont-ils agressé ces membres des forces de l'ordre?

    Un des journalistes ayant filmé la scène, qui tourne en boucle sur les chaînes d'information et les réseaux sociaux depuis samedi, a évoqué l'affrontement dans une interview accordée au Parisien.

    Selon le journal, l'accrochage s'est produit vers 17h20, à l'angle de l'avenue George V et des Champs-Élysées. Il a été filmé par plusieurs caméras et les premières images ont été rapidement diffusées sur Twitter par Stéphanie Roy, collaboratrice de l'agence Line Press, et Clément Lanot, journaliste indépendant, puis, quelques minutes plus tard, sur BFM TV. Ces séquences ne démarrent pas toutes au même moment.

    C'est vers 21h30 samedi qu'une version longue de la scène est publiée par Clément Lanot. On y voit que quelques secondes avant d'être pris à partie, l'un des policiers lance une grenade, a priori assourdissante, contre le cortège qui défile devant lui sur les Champs-Élysées, note le quotidien. Dimanche après-midi, c'est au tour de Stéphanie Roy de publier une version longue de son reportage où l'on voit quatre policiers jeter au moins trois grenades.

    Or, sur les deux versions longues, au moment où les policiers font usage des grenades, la foule n'a pas l'air vraiment hostile, même si la situation était «très tendue», a indiqué Clément Lanot au Parisien.

    Il reste à savoir pourquoi les journalistes ont tant attendu avant de publier leurs versions longues.

    «Je filmais avec ma caméra, mais quand la situation a vraiment dégénéré, j'ai également sorti mon portable pour filmer l'affrontement dans le but de pouvoir la diffuser rapidement», a souligné le journaliste.

    Il a précisé au Parisien qu'il avait réussi à poster sa première version démarrant juste avant que l'un des policiers ne sorte son arme.

    «Puis je suis rentré chez moi pour dérusher mes images caméras, ce que je ne pouvais pas faire directement sur le terrain», a souligné Clément Lanot, donnant une explication à ceux qui affirment que la séquence incomplète a été volontairement coupée au montage.

    La vidéo de BFM TV commence le plus tôt des trois et montre un motard de la police renversé par un manifestant, poursuit Le Parisien. Les autres policiers décident d'écarter les perturbateurs à coups de pied et de lacrymogènes, tandis que des projectiles, dont des trottinettes, sont jetés contre les policiers. L'un des fonctionnaires sort brièvement son arme de poing pour couvrir son collègue qui tente de relever son engin. Le troisième policier, jeté à terre lui aussi, abandonne sa moto et enfourche celle de son collègue. Les deux hommes réussissent à quitter les lieux.

    Dans le cadre d'un nouvel acte de manifestations des Gilets jaunes, samedi dernier, trois policiers à moto ont été violemment pris à partie en fin d'après-midi sur les Champs-Élysées. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «violences volontaires avec arme en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique et dégradations de biens publics», avait précédemment indiqué l'AFP.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    «J'ai grandi de 3 cm en 5 jours»: dans la peau d'un cobaye scientifique
    Roué de coups sur la N10, un policier demande du secours et se fait tabasser une seconde fois par un autre
    Tags:
    réseaux sociaux, caméra, portable, gaz lacrymogènes, biens publics, enquête, arme à feu, grenade, reportage, police, journalistes, manifestation, Avenue des Champs-Elysées à Paris, BFMTV, Le Parisien, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik