Ecoutez Radio Sputnik
    Barricades en feu pres de l'arbre de Noël, place Vendôme

    Gilets jaunes: le gouvernement n’aura (pas vraiment) droit à sa trêve

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Fabien Buzzanca
    28616

    Les Gilets jaunes de France sont divisés quant à l’attitude à adopter durant les fêtes de fin d’année. Se mettre en pause et reprendre de plus belle en janvier? Ou ne rien lâcher et continuer leurs actions? Si certains ont d’ores et déjà prévu de lever le pied, d’autres apparaissent plus déterminés que jamais. Sputnik France en a contacté.

    «De notre côté, il n'y a pas de trêve prévue.»

    Charlotte, maman d'un petit garçon et Gilet jaune azuréenne annonce la couleur: pas question de ralentir la cadence, même pendant cette période de Noël. Et il semble que l'exécutif ait pris la mesure de la situation. Comme le révèle Le Parisien, le Premier ministre Edouard Philippe a demandé à ses ministres de rester sur le qui-vive:

    «Tout le monde a besoin de repos, coupez un peu. Mais ne partez pas trop loin quand même, au cas où…»

    Cette trêve des confiseurs au goût amer pousse même certains membres du gouvernement à rester proches de la capitale. C'est le cas pour François de Rugy, en charge de l'écologie, de même que pour le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et son secrétaire d'État, Laurent Nuñez. Il faut dire que la nuit de la Saint-Sylvestre, d'habitude chargée en travail pour les forces de l'ordre, risque d'être encore plus explosive en plein mouvement des Gilets jaunes et ce alors que les policiers et gendarmes répètent leur épuisement. «Il y a les craintes de débordements traditionnels liés à cette veillée, mais surtout le contexte particulier des dernières semaines », reconnaît un conseiller au Parisien.

    ​Pourtant, les motifs d'espoir sont là pour le gouvernement. D'après les chiffres officiels du ministère de l'Intérieur, l'acte VI des Gilets jaunes a beaucoup moins rassemblé que le précédent. Le 22 décembre, 33.600 manifestants étaient recensés en fin de journée contre 66.000 une semaine avant. De plus, dans plusieurs villes, les contestataires ont décidé de faire une pause. Comme le souligne L'Indépendant, les Gilets jaunes de Carcassonne souhaitent mettre en parenthèse leur action le temps des fêtes. «On fait la trêve de Noël», expliquait le 23 décembre au quotidien Philippe Fougères, porte-parole du collectif «Carcassonne en colère».

    ​Même chose du côté de Vitry-le-François, dans l'Est. Selon L'Union, les Gilets jaunes locaux se sont réunis le 22 décembre et ont voté une trêve. «On ne va pas demander aux gens d'être mobilisés 24 heures sur 24. Il faudra toutefois reconstruire une cabane, trouver un lieu et réaliser des opérations coup de poing», a cependant expliqué Mickaël Carrié, en charge du mouvement dans la ville.

    Mais tous les Gilets jaunes ne sont pas prêts à relâcher la pression, même durant les derniers jours de décembre. Charlotte explique que sur la Côte d'Azur, ils resteront mobilisés:

    «Il y a plusieurs opérations organisées ce 24 décembre comme des distributions de jouets prévue à l'hôpital Lenval de Nice et des blocages de ronds-points. On met également en place des opérations de solidarité comme l'accueil d'une personne seule à notre table à Noël, etc. Il y a déjà des appels à l'acte VII sur les Champs-Elysées lancés sur les réseaux sociaux. Même chose pour le nouvel an. Ceci étant dit, je pense qu'il est tout à fait normal que ça ralentisse un peu car les gens vont se retrouver en famille. Mais le combat reprendra de plus belle une fois les fêtes passées.»

    Grégoire*, fonctionnaire et de toutes les mobilisations parisiennes depuis le début du mouvement, partage cet avis: «Continuer les actions c'est bien, tant mieux s'il y en a encore qui sont menées un peu partout, mais il faut bien se douter que ça mobilise moins de monde en raison du calendrier et de la fatigue. Une baisse temporaire de l'intensité de la lutte est logique en cette période.»

    Le mois de janvier est dans tous les viseurs. Le mouvement se remettra-t-il de ce coup d'arrêt festif? Charlotte en est persuadée et souligne que les Gilets jaunes sont de «mieux en mieux organisés». Elle fait notamment référence à ce qu'il s'est passé à Paris le 22 décembre quand les manifestants ont annoncé vouloir se rejoindre à Versailles avant de prendre par surprise les forces de l'ordre et de se rendre à Montmartre, «un coup de maître» pour la jeune maman.

    «Nous sommes vraiment en train de nous organiser. Concrètement, lors de la dernière manifestation, j'ai rencontré un Gilet jaune qui était équipé en matériel. On a maintenant sur nous une visseuse qui nous permet de mettre hors service des barrières de parking sans rien casser. Pour janvier, nous avons pour projet de former une petite équipe et d'agir plus souvent. Cela ne suffit plus d'être actif que le samedi. Je compte être beaucoup plus impliquée après les fêtes. Je suis persuadée que nous repartirons encore plus forts. De toute façon, je ne lâcherai rien tant que nous n'obtiendrons pas le référendum d'initiative citoyenne

    Une Saint-Sylvestre à très haut risque

    Si les débordements qui ont eu lieu le 22 décembre étaient sans commune mesure avec ceux du 24 novembre, notamment dans la capitale, plusieurs scènes de violence ont émaillé les rassemblements. Une scène a particulièrement marqué les esprits: celle des policiers à moto sur les Champs-Elysées en train d'en découdre avec des manifestants. Ces derniers ont poussé à terre l'une des motos des forces de l'ordre avant de leurs jeter pavés et trottinettes dessus. Dans la confusion, l'un d'entre eux a brièvement dégainé son arme. Le 24 décembre, ils ont eu droit à la visite du Premier ministre. Edouard Philippe a notamment appelé à «un retour à l'ordre» et a affirmé qu'«au fur et à mesure qu'il dure, ce mouvement se traduit par une radicalisation d'une grande violence».

    Car avant de savoir si le mouvement repartira en janvier, le gouvernement et les forces de l'ordre sont encore susceptibles de devoir composer avec des rassemblements le 29 décembre et surtout… le 31. Plusieurs policiers sont très préoccupés à l'idée de gérer à la fois une nuit qui voit habituellement plusieurs banlieues sensibles s'embraser et des actions d'ampleur des Gilets jaunes, le tout dans un contexte de grand épuisement des forces de l'ordre. Michel Thooris, secrétaire général du syndicat France Police — Policiers en colère, s'en inquiétait récemment dans nos colonnes:

    «La date qui nous inquiète le plus du côté de notre syndicat est le 31 décembre. À chaque fois, la police a beaucoup de mal à maintenir l'ordre lors de la Saint-Sylvestre. Je m'étonnerais fortement que les Gilets jaunes n'appellent pas à une action pour cette date symbolique, d'autant plus que le lendemain est un jour férié.»

    Et Grégoire ne dit pas autre chose: «On peut aussi utiliser le calendrier à notre avantage: l'idéal serait de lancer une mobilisation générale le soir de la Saint-Sylvestre.»

    *le prénom a été changé

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Interpellation d’un preneur d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe
    Pas de soudure ni de point chaud: l'entreprise qui restaurait Notre-Dame livre sa version
    Tags:
    marché de Noël, gilets jaunes, politiciens, brutalité policière, premier ministre, gouvernement, policier, colère, pouvoir d'achat, ministre, politique, émeutes, vacances, trêve, fêtes catholiques, fête, pauvreté, manifestation, police, Noël, La République en Marche! (LREM), Édouard Philippe, Christophe Castaner, Emmanuel Macron, Nice, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik