Ecoutez Radio Sputnik
    Des policiers en civil lors d'une manifestation des Gilets jaunes à Toulouse, le 15 décembre 2018

    Un Gilet jaune tabassé par la police? Les internautes entre doute et indignation (vidéo)

    © AFP 2019 Eric CABANIS
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (403)
    35131

    Une vidéo devenue virale qui montre un groupe d’homme armés, probablement des policiers en civil, en train de porter des coups de matraque à un Gilet jaune, a créé la polémique sur internet, tant à propos de l’authenticité des images que du bien-fondé des actions de la police pendant les manifestations.

    Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux où l’on voit des hommes armés donner des coups de matraque à un Gilet jaune au sol est vite devenue virale, mettant des internautes en colère, mais suscitant aussi nombre de questions parmi les utilisateurs des réseaux sociaux.

    Selon un internaute qui a partagé la vidéo sur Twitter, la scène se déroule pendant l’Acte 6 des Gilets jaunes à Toulouse.

    ​Indignés par cette scène de violences, de nombreuses personnes qualifient de disproportionné ce recours à la force, critiquent la police et demandent l’ouverture d’une enquête.

    ​Il y a également ceux qui estiment que les policiers devraient plutôt se ranger du côté des protestataires.

    ​Certains commentateurs se souviennent de l’affaire du conseiller à la sécurité de la présidence Alexandre Benalla, qui a été filmé portant des coups à des manifestants et qui a été plus tard mis en examen.

    ​L’hypothèse de l’existence d’une «milice privée à l’Élysée» avait déjà été évoquée par des médias et sur les réseaux sociaux quand le scandale provoqué par l’affaire Benalla avait éclaté en juillet. Le chef du cabinet d’Emmanuel Macron, François-Xavier Lauch, avait alors formellement démenti ces informations. Et voilà que cette idée refait surface sur internet.

    ​Cette fois, une réaction officielle des autorités serait aussi la bienvenue, estiment des internautes qui mentionnent le nom de Benjamin Griveaux, secrétaire d'État auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement, ainsi que de Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, dans leurs commentaires.

    ​Par ailleurs, de nombreuses personnes s’interrogent sur le fait de savoir s’il ne s’agit pas d’une désinformation puisque les personnes armées qui frappent le Gilet jaune n’ont pas de brassards ni d’autres moyens permettant de les identifier comme étant des policiers.

    ​En plus, leur comportement de ces hommes ne ressemblerait pas à celui des forces de l’ordre, ajoute un internaute.

    ​Mais d’autres commentateurs considèrent l’absence d’uniformes et de matricules de police plutôt comme un moyen utilisé par les policiers présumés pour éviter d’être traduits en justice.

    ​D’après certains internautes, il s’agit de policiers en civil, probablement d’agents de la Brigade anti-criminalité (BAC) de la police nationale.

    Dans le même temps, de nombreuses personnes affirment faire confiance à la police et expriment leur soutien aux forces de l’ordre. Elles rappellent que des manifestants ont aussi participé à des manifestations de violence, notamment à Paris où trois policiers à moto ont été violemment pris à partie samedi et l’un d’eux a même sorti son arme pour se défendre.

    ​Il y a aussi des internautes qui se demandent pourquoi l’auteur du message l’a accompagné de hashtags sur l’Indonésie où un tsunami a fait plus de 330 morts selon un nouveau bilan, ainsi que sur Donald Trump, qui n’a rien à voir avec la scène présentée dans la vidéo. 

    ​Selon eux, ce serait de la propagande contre la police ou un message appelé à attiser la haine.

    ​Mais pour comprendre s’il s’agit d’un cas de violences policières, d’une provocation en ligne ou de quelque chose d’autre, il faut d’abord comprendre ce qu’on voit. De nombreuses personnes disent vouloir obtenir plus d’informations sur ce qui s’est passé dans la rue montrée dans la vidéo avant que les policiers commencent à porter leurs coups de matraque. 

    ​Sur YouTube, on trouve une version plus complète de la vidéo montrant les instants précédant l’intervention des policiers en civil présumés. Toutefois, elle ne permet pas de comprendre quelles actions du manifestant ont provoqué une réaction violente des personnes munies de matraques. 

     

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (403)

    Lire aussi:

    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Moscou s’exprime sur les premiers résultats de la présidentielle en Ukraine
    Pour Thierry Mariani, voici pourquoi la crise des Gilets jaunes a commencé
    Tags:
    Internet, vidéo, violences policières, gilets jaunes, YouTube, Twitter, Christophe Castaner, Benjamin Griveaux, Alexandre Benalla, Toulouse, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik