Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats de l'armée française (image d'archive)

    L'imam Chalghoumi confond l’opération Barkhane avec une ville, la Toile sans pitié

    © AP Photo / Michael Probst
    France
    URL courte
    25230

    Voulant saluer l’initiative du Président français, qui s’est rendu au Tchad pour réveillonner avec les troupes de l’opération Barkhane, l’imam Hassen Chalghoumi a commis une «toute petite» erreur. Dans une publication sur Facebook et Twitter, il écrit que Barkhane est une ville située au Tchad.

    Barkhane est le nom d'une opération militaire, pas celui d'une ville au Tchad, telle était en substance la mise au point des internautes qui ont prêté attention à un texte que l'imam Hassen Chalghoumi a publié sur ses comptes Twitter et Facebook. Ce dernier s'y est notamment exprimé sur la visite d'Emmanuel Macron dans la capitale tchadienne, N'Djamena, où il a partagé le traditionnel repas de Noël avec les troupes de la mission Barkhane, et a confondu le nom de la ville avec celui de la mission dans laquelle les soldats français sont engagés.

    ​La publication n'est pas passée inaperçue auprès des utilisateurs des réseaux sociaux qui ont expliqué les «choses» à l'imam.

    ​Certains ont même fait une capture d'écran sur l'opération et l'ont placée sous la publication de Hassen Chalghoumi.

    ​​Ce n'est pas la première fois l'imam Hassen Chalghoumi se retrouve dans le viseur des internautes et des médias. Par exemple, en juillet dernier, il a été vivement critiqué après avoir rencontré le porte-parole de l'armée israélienne, Ronen Manelis. 

    Lire aussi:

    La base russe de Hmeimim repousse une attaque aux lance-roquettes multiples, 180 djihadistes éliminés
    Moscou commente la reprise par les USA des importations de pétrole vénézuélien
    Conseil des ministres ou «pyjama party»? La tenue de Sibeth Ndiaye devient la risée de la Toile
    Tags:
    imam, confusion, opération militaire, réaction du Net, Emmanuel Macron, France, Tchad
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik