Ecoutez Radio Sputnik
    Couscous (image d'illustration)

    «Couscous pimenté»? Jean-Vincent Placé veut réconcilier des parlementaires, le Net rigole

    CC0 / Pixabay/ctowner
    France
    URL courte
    636

    Pour mettre fin à une querelle entre le député LREM Joachim Son-Forget et la sénatrice EELV Esther Benbassa, l’ancien ministre et ex-sénateur de l'Essonne Jean-Vincent Placé les a invités à se réunir autour d’un couscous. Une idée qui n’a pas laissé les internautes indifférents.

    Les utilisateurs des réseaux sociaux ne cessent de commenter le tweet d’apaisement de Jean-Vincent Placé, ancien sénateur et ex-secrétaire d’État, qui a proposé d’organiser «un dîner sympa» avec un couscous pour réconcilier le député LREM des Français établis à l'étranger, Joachim Son-Forget, et la sénatrice EELV Esther Benbassa.

    ​Au moment où M.Placé se proposait de jouer l’arbitre, la tension était à son maximum. M.Son-Forget avait accusé Esther Benbassa de «falsifier» la parole de Brigitte Macron et publié de nombreuses photos de la sénatrice, soit pas moins de 50 tweets en une heure et demie. Il avait notamment renvoyé Mme Benbassa à «son pot de maquillage». La sénatrice EELV avait réclamé des excuses publiques, dénonçant le «harcèlement» du député à son égard et repris à cette occasion le hashtag #MeToo.

    L’invitation faite par M.Placé au milieu de ce scandale a été largement relayée par les médias. Mais de nombreux internautes doutent que Jean-Vincent Placé soit la bonne personne pour jouer le rôle de pacificateur. Ils rappellent que M.Placé avait quitté la vie politique après qu’une soirée fortement alcoolisée dans un bar du très chic 6e arrondissement de Paris en avril lui a coûté six mois de prison avec sursis, une mise à l'épreuve de deux ans et 1.000 euros d'amende pour violences volontaires, injures à caractère racial et propos outrageants.

    ​​Pourtant, Jean-Vincent Placé a expliqué au Parisien qu’il agissait en tant qu’ami des deux intéressés.

    «Je vais laisser passer 2018 et je vais organiser un dîner sympa chez mon ami Haddad à la Boule Rouge, courant janvier. Le couscous est la meilleure réponse aux querelles surmédiatisées», a-t-il indiqué.

    Mais ceci ne serait pas une explication pertinente pour certains commentateurs.

    ​Il y a ceux qui disent ne pas en croire leurs yeux et se demandent pourquoi les médias en parlent comme d’une proposition sérieuse.

    ​Ils font des propositions humoristiques sur les conséquences possibles d’une rencontre entre les protagonistes de l’affaire.

    ​Et d’après un tweet publié il y a quelques heures par M.Son-Forget, leurs suppositions ne seraient pas si loin de la réalité.

    ​Mais des commentateurs plus sérieux en vont même jusqu’à critiquer la République et les personnes qui la gouvernent, donnant raison aux revendications des Gilets jaunes.

    ​D'ailleurs, l’idée d’un dîner de réconciliation ne semble pas mauvaise pour certains internautes qui proposent pour leur part des modifications à apporter au programme de la rencontre.

    Des commentateurs discutent ainsi du choix du restaurant…

    … et d’autres du choix du plat principal.

    ​En tout cas, aucun des protagonistes de l'affaire n'a encore accepté l’invitation de M.Placé sur Twitter.

    Lire aussi:

    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    Tags:
    Internet, parlementaires, réconciliation, restaurant, couscous, Twitter, Europe Ecologie les Verts (EELV), La République en Marche! (LREM), Jean-Vincent Placé, Esther Benbassa, Joachim Son-Forget, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik