Ecoutez Radio Sputnik
    Police française

    La réponse de la police au boxeur pro ayant frappé des gendarmes à Paris

    © REUTERS / Charles Platiau
    France
    URL courte
    15630177

    Alors qu’un boxeur professionnel a asséné plusieurs coups de poing à des gendarmes à Paris, au cours du huitième acte des Gilets jaunes, la police française a annoncé avoir identifié l’assaillant et promet de lui «apprendre le code pénal».

    Le Syndicat des commissaires de la police nationale a annoncé, sur son compte Twitter, avoir identifié l'homme qui avait frappé à coups de poing des gendarmes à Paris, lors du huitième samedi consécutif des manifestations des Gilets jaunes.

    La police a ensuite prédit que la carrière sportive du boxeur était désormais «terminée», ajoutant qu'il n'avait «pas les valeurs requises».

    Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a retweeté le message des policiers en annonçant que la justice française allait examiner cette affaire de près.

    Le boxeur professionnel en question, un certain Christophe D., aurait été interpellé, selon France 3. D'après les médias, il a été champion de France entre 2007 et 2009. Il combattait dans la catégorie des lourds-légers et est monté 22 fois sur le ring dans le monde professionnel, gagnant 18 fois.

    Les faits se sont déroulés samedi à Paris sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, reliant les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des Tuileries. Les forces de l'ordre repoussaient alors des Gilets jaunes essayant de se rendre à l'Assemblée nationale.

    Soudain, un homme vêtu de noir et ne portant pas de gilet jaune se jette en avant et avance vers les gendarmes en faisant des bonds. Ensuite, il se met à asséner des coups de poing au policier qui tente en vain de se protéger avec son bouclier. L'individu parvient à faire reculer les forces de l'ordre et libère le passage aux manifestants.

    Le 8e acte de la mobilisation des Gilets jaunes s'est joué ce samedi en France. Ces premières manifestations de l'année ont réuni 50.000 personnes, selon le ministre de l'Intérieur. Dans certaines villes, des manifestations ont dégénéré.

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Premières tensions lors de l'acte 23 à Paris: pétards, gaz lacrymogène, barrages brûlés
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik