Ecoutez Radio Sputnik
    Des Gilets jaunes à Paris

    Le préfet du Var saisit l'IGPN de l'affaire du policier frappant des manifestants à Toulon

    © Sputnik . Julien Mattia
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)
    18211

    Alors que le préfet du Var a saisi l'IGPN après la diffusion d'une vidéo où un officier de police frappe plusieurs personnes pendant une manifestation de Gilets jaunes à Toulon, Le Parisien a révélé qu'il y a deux ans, le fonctionnaire avait déjà frappé du poing le visage d'un collègue.

    Le préfet du Var, Jean-Luc Videlaine, a saisi l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN) après qu'une vidéo a présenté un officier de police frappant plusieurs personnes pendant une manifestation de Gilets jaunes samedi à Toulon.

    «Dans le cadre de mes responsabilités administratives, j'ai saisi l'IGPN afin qu'une enquête permette de faire toute la lumière sur les suspicions de violences policières à Toulon», a-t-il écrit sur Twitter.

    Sur la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, le policier, Didier Andrieux, commandant divisionnaire, a frappé plusieurs personnes, notamment au visage, lors de l'acte 8 des Gilets jaunes à Toulon.

    Entre-temps, Le Parisien a affirmé être «en mesure de révéler» qu'il y a deux ans, «le fonctionnaire avait déjà été l'auteur d'une "manchette" à un major de police» à Toulon. Le commandant divisionnaire avait évoqué un geste involontaire, «son poing aurait frappé malencontreusement le visage de son collègue alors que le coup était destiné à une armoire».

    «Soutenu par sa direction, Didier Andrieux, chef du service d'ordre public et du soutien (SOPS) à Toulon, avait écopé de la plus petite des sanctions: un avertissement», rappelle le journal.

    L'officier de police, promu de la Légion d'honneur, «a agi proportionnellement à la menace», a martelé de son côté Bernard Marchal, procureur de la République à Toulon, qui n'a pas ouvert de procédure contre le fonctionnaire, a indiqué l'AFP.

    Il avait affirmé précédemment que l'homme qui avait été battu «faisait partie d'un groupe d'une cinquantaine de casseurs qui avaient dégradé des voitures dans les minutes avant la vidéo». Selon lui, l'homme plaqué contre un mur et frappé au visage dans la vidéo était en possession d'un tesson de bouteille et le policier avait voulu le «neutraliser».

    Didier Andrieux a pour sa part affirmé connaître l'homme qu'il a frappé, «un multirécidiviste qui n'a rien à voir avec les Gilets jaunes», et a expliqué avoir envoyé un coup sur sa main «pour lui faire lâcher le tesson», a-t-il précisé dans une interview à Nice-Matin.

    Dans une seconde séquence de la vidéo, Didier Andrieux a été filmé en train de plaquer un Gilet jaune contre le capot d'une voiture. «Là encore, le contexte nuance fortement les images», a indiqué le procureur. Le Gilet jaune aurait été masqué quelques minutes avant et aurait tenté de s'emparer d'une bouteille, a-t-il précisé.

    Le huitième acte des manifestations des Gilets jaunes s'est déroulé ce samedi à Paris, ainsi que dans d'autres villes françaises. Dans la capitale, la mobilisation a été émaillée de heurts entre manifestants et forces de l'ordre. D'après le ministre français de l'Intérieur, la mobilisation a rassemblé environ 50.000 personnes à travers la France, contre 32.000 la semaine dernière.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (404)

    Lire aussi:

    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    L'Iran publie une vidéo pour contrer les preuves que les USA prétendent avoir quant à la destruction d'un drone
    Les États-Unis vont-ils s’engager dans un conflit au Moyen-Orient?
    Tags:
    hooligans, émeutes, procureur, menaces, Légion d'honneur, manifestation, policier, vidéo, AFP, Twitter, Inc, Toulon, Le Var, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik