France
URL courte
45882
S'abonner

Une enquête administrative est en cours pour identifier le policier qui arborait un masque de tête de mort au cours de l'acte 8 des Gilets jaunes à Toulouse.

Pendant l'acte 8 des Gilets jaunes à Toulouse, un drôle de personnage est apparu dans les rangs des forces de l'ordre: un policier portant un masque de tête de mort rappelant le personnage de Ghost dans le jeu vidéo Call of Duty. Les photos de l'officier ont circulé sur les réseaux sociaux.

D'après la préfecture de la Haute-Garonne, citée par franceinfo, il s'agit d'un agent «intégré au dispositif de sécurisation de la manifestation». Une source policière contactée par France 3 affirme que ce dernier portait la cagoule «sans arrière-pensée» et l'a retirée après un rappel à l'ordre d'un membre de sa hiérarchie.

Dans le même temps, une enquête administrative s'est ouverte pour identifier le policier et les motivations qui l'ont poussé à porter ce masque, assure la préfecture qui estime que le port de ce type d'équipement est «inapproprié et inadmissible». Elle rappelle en outre que les policiers «ne sont anonymisés sur la voie publique que s'ils font partie de services spécialisés dans la lutte antiterroriste ou le renseignement».

Pour le secrétaire général de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) François Mignard cité également par franceinfo, lorsqu'un membre des forces de l'ordre «se balade avec ce genre de choses», il «se croit à la guerre». «Il y a une espèce de fossé qui se crée» ainsi entre policiers et manifestants, «vus comme des ennemis», insiste-t-il.

Lire aussi:

L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
Présidence de Joe Biden: «Avec la Russie, il y aura un effort d’engagement»
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Tags:
gilets jaunes, lutte antiterroriste, manifestation, police, Ligue des droits de l'Homme (LDH), Toulouse, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook