France
URL courte
13123
S'abonner

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé le report des débats sur la réforme institutionnelle et a dit regretter la décision de Chantal Jouanno de renoncer au pilotage du débat national mis en place pour sortir de la crise des Gilets jaunes.

Le gouvernement français a décidé de reporter l'examen de plusieurs réformes après le «grand débat national». 

Le Premier ministre, Édouard Philippe, et le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, ont donné ce mercredi une conférence de presse pour évoquer l'organisation de ce débat.

«Nous avons considéré qu'il n'y avait pas de sens à discuter au Parlement de cette réforme institutionnelle avant que les Français se soient exprimés au moment du débat et avant que nous ayons pu prendre en compte ce qu'ils diront s'agissant du fonctionnement des institutions et de la démocratie dans notre pays», a déclaré Édouard Philippe.

Il a également rappelé que la nécessité de ce débat était apparue durant la mobilisation des Gilets jaunes.

Le débat «a été proposé par le Président de la République comme un des éléments de réponse aux préoccupations, aux revendications qui s'expriment dans le mouvement que nous connaissons depuis le 17 novembre dernier.»

La consultation sera focalisée sur quatre grands thèmes: la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté, la fiscalité et l'organisation de l'État et des services publics.

Édouard Philippe a également regretté la décision de Chantal Jouanno de se retirer du pilotage du débat national mis en place pour sortir de la crise des Gilets jaunes.

«J'ai pris acte de la démission de Mme Jouanno, que je regrette», a-t-il indiqué.

Lire aussi:

Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Contrôle de police à Stains: «J'ai cru que c'était des voleurs, des agresseurs», affirme le conducteur blessé par balles
Sous-marins: la Maison-Blanche réagit à la colère française en renvoyant à l’Australie le soin de s’expliquer
Tags:
France, Edouard Philippe, débats, réforme, fisc, démocratie, citoyenneté, démission
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook