Ecoutez Radio Sputnik
    Un Mirage 2000D (image d'illustration)

    Crash du Mirage 2000D: les deux pilotes sont morts, selon Florence Parly

    © AFP 2019 Ludovic MARIN
    France
    URL courte
    202017
    S'abonner

    Le ministère français des Armées a confirmé, dans un communiqué publié par l'AFP, la mort des deux pilotes de l’avion de chasse Mirage 2000D, qui après avoir décollé de la base aérienne de Nancy-Ochey, avait disparu des écrans radars mercredi en fin de matinée entre le Doubs et le Jura.

    Les deux membres d'équipage du Mirage 2000D qui s'est écrasé mercredi dans l'est de la France sont morts, annonce l'AFP se référant à la ministre des Armées Florence Parly.

    «Les opérations de recherche du Mirage 2000D, dont le signal avait été perdu mercredi dans la matinée, ont malheureusement conduit à la confirmation du décès des deux membres d'équipage, le capitaine Baptiste Chirié et la lieutenant Audrey Michelon», affirme Mme Parly dans un communiqué, en soulignant que «les circonstances précises de cet accident restent à établir».

    «Toute la communauté de défense est aujourd'hui en deuil», écrit la ministre, en présentant ses condoléances aux proches et aux frères d'armes des militaires décédés.

    L’agence indique également que Florence Parly se rendra vendredi sur la base aérienne de Nancy-Ochey (Meurthe-et-Moselle), où était affecté l'appareil. Elle sera accompagnée du chef d'état-major de l'armée de l'Air, le général Philippe Lavigne.

    Le service de presse de l’Armée de l’air a également confirmé le décès des pilotes dans un communiqué publié sur son compte Twitter.

    ​Le chasseur-bombardier polyvalent avait disparu des écrans radar vers 11H00 mercredi alors qu'il effectuait un vol d'entraînement à basse altitude au-dessus du massif jurassien.

    Des débris de l'avion, ainsi que du tissu de parachute, ont été retrouvés sur une vaste zone forestière du Jura, difficile d'accès.

    Tags:
    Mirage 2000, Florence Parly, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik