Ecoutez Radio Sputnik
    Bernard-Henri Lévy

    Pour BHL, les Gilets jaunes sont animés de «passions tristes, mortifères, nihilistes»

    © AFP 2019 THOMAS SAMSON
    France
    URL courte
    1657176

    «La génuflexion devant les gilets jaunes finit par devenir grotesque», a déclaré Bernard-Henri Lévy au quotidien Les Échos dans un entretien sans concession sur les Gilets jaunes au cours duquel il a abordé, entre autres, la mobilisation qui se poursuit en France depuis le 17 novembre 2018.

    «C'est un vrai mouvement social. Mais animé par des passions tristes, mortifères, nihilistes». C’est en ces termes que Bernard-Henri Lévy répond à la question du journaliste des Échos concernant son attitude critique à l’égard des Gilets jaunes, dont la mobilisation dure depuis deux mois.

    Il relève que l’histoire contemporaine récente est marquée par plusieurs cas d'authentiques mouvements de colère «enracinés dans des souffrances et des revendications légitimes», mais qui se traduisent par des actions et une langue «parfaitement antidémocratiques».

    «Il faut avoir le courage de compter jusqu'à deux et de distinguer: oui, bien sûr, aux réformes sociales; oui, à tout ce qui peut être fait pour créer de l'égalité; mais non à la volonté factieuse de "marcher sur l'Élysée", non au saccage de ces maisons de la République que sont les préfectures ou les ministères, non à l'homophobie, à l'antisémitisme, au racisme anti-immigrés, aux attaques meurtrières contre les policiers. Et ce qui m'attriste presque plus encore, voyez-vous, c'est l'indulgence stupéfiante dont ce type d'actes bénéficie», a-t-il expliqué.

    Interrogé sur ce qu’il entend par «indulgence», il précise que, selon lui, le mouvement exerce un «effet de sidération».

    «De ces contorsions intellectuelles grotesques pour distinguer entre les "vrais gilets" (sanctifiés) et les "mauvais" (dévoyés). C'est l'éternelle génuflexion des dévots pressés de communier, quoi qu'elles disent, avec les foules qui s'autoproclament "le peuple "», poursuit-il son argumentation.

    Il estime que malgré le fait que les Gilets jaunes ont été entendus et que le Président leur a promis d’ouvrir le dialogue, les manifestants ont avancé d’autres revendications:

    «"Eh bien, non! Ce n'est pas ça, finalement, que nous voulions! Ce n'était pas des nouveaux droits, des nouvelles libertés, de nouvelles formes de justice! C'était la tête du roi, c'était bloquer les ronds-points, c'était n'importe quoi sauf l'amélioration du sort des plus humbles". Je ne connais pas trop mal, je crois, l'histoire du mouvement ouvrier. Eh bien, cette manière de faire représente, dans cette histoire qui eut ses moments de grandeur, une tragique régression».

    Interrogé au sujet de la fracture grandissante qui semble séparer les élites et une partie de la population, BHL répond qu’il est plutôt étonné par la volonté d’écoute de ces «élites».

    «Écoute tardive, si vous voulez. Maladroite, tant que vous voudrez. Mais écoute quand même. Volonté, jusqu'à nouvel ordre, de chercher des solutions. Et je crois même que c'est la première fois que, dans l'histoire récente des luttes de classes en France, on voit autant de dirigeants, de responsables de l'appareil d'État, etc., dont le principal souci semble être, non de réprimer, mais de comprendre et, peut-être, de réparer», insiste-t-il.

    Lire aussi:

    Un nouvel incident avec un pétrolier dans le Golfe? Téhéran livre sa version
    Mediapart affirme que de Rugy a démissionné afin d'éviter de nouvelles révélations sur ses frais de député
    Une nouvelle fusillade meutrière endeuille une cité de Seine-Saint-Denis
    Tags:
    indulgence, gilets jaunes, opinion, pressions, revendications, mouvement, Bernard-Henri Lévy, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik