Ecoutez Radio Sputnik
    Протестная акция желтых жилетов в Париже

    «On vous fera une guerre»: les gens du voyage en force pour l’acte 9 des Gilets jaunes?

    © Sputnik . Julien Mattia
    France
    URL courte
    7615423

    L’arrestation de l’ancien boxeur Christophe Dettinger, «le gitan de Massy», a rendu folle de rage une partie de la communauté des gens du voyage. Des vidéos circulent sur les réseaux sociaux où l’on voit des individus se réclamant du «peuple gitan» menacer le gouvernement de faire la «révolution» ou des «dégâts» lors de l’acte 9 des Gilets jaunes.

    «Si vous voulez la révolution, prenez ce garçon-là, et on vous fera une guerre, tous, dans toute la France.»

    Ce «garçon-là», c'est Christophe Dettinger. Et cette menace a été prononcée par l'auteur d'une vidéo intitulée «Message d'un Gitan au gouvernement». Publiée le 7 janvier, elle faisait suite à la mise en garde à vue de Christophe Dettinger, accusé d'avoir molesté des gendarmes sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, dans le Ier arrondissement de Paris, lors de l'Acte 8 des Gilets jaunes.

    Entre-temps mis en détention provisoire dans l'attente de son procès, qui a été renvoyé au 13 février, l'ancien boxeur, champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, a ému une partie de la communauté des gens du voyage. Celui qui est surnommé «le gitan de Massy» s'est trouvé de nombreux défenseurs qui disent être prêts à en découdre.

    «Castaner on viendra te chercher»

    «Et à tout le peuple gitan de la France: il faut qu'on se rejoigne samedi prochain [12 janvier ndlr] et on va voir si on va pas casser, nous.» Le rendez-vous est donné. «Message d'un gitan au gouvernement» a été visionnée plus de 200.000 fois. Et la vidéo a fait des petits. Dans son sillage, d'autres individus disant faire partie de la communauté des gens du voyage ont apporté leur soutien à l'ancien boxeur. Le 7 janvier, une vidéo montrant un jeune homme se filmant à visage découvert a été publiée sur une des pages Facebook les plus actives des Gilets jaunes: «La France en colère —Carte des rassemblements». L'auteur du message interpelle directement le Président de la République:

    «Macron, je vais te dire quelque chose. Les Gitans c'est comme les braises. Quand tu as une braise qui est bouillante et que tu souffles dessus, ça ravive une flamme. Et cette flamme-là, c'est le peuple voyageur. […] C'est tout le peuple gitan qui va se réveiller. Du haut de ton piédestal, on va te faire redescendre.»

    Le jeune homme conclut son message d'un: «On se fait une grosse, grosse mobilisation, on va leur faire une révolution, on va leur montrer ce que le peuple gitan vaut maintenant.»

    Une autre vidéo publiée le 9 janvier sur la page «Gilet jaune pour le peuple par le peuple» —et depuis indisponible- est sur le même ton. L'auteur prévient le gouvernement que la journée du 12 janvier sera agitée:

    «Jusqu'à maintenant, on s'est faits tout petits. Faire les manifestations pacifiquement, c'est très dur pour nous, on n'y arrive pas. Partout où on va en manifestation y'a du dégât», lance-t-il avant de s'adresser directement au ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et de lui lancer un ultimatum: «Le Gitan de Massy, s'il n'est pas dehors vendredi [11 janvier, ndlr], samedi [12 janvier, ndlr], tu vas avoir affaire à nous. Nous, on va pas venir huit semaines pour prendre des coups gratuits. On va aller chercher directement tes CRS et tes policiers. Et après on viendra te chercher.»

    D'après une source policière citée par l'AFP et qui confirme une information de BFMTV, les auteurs sont bien des «gens du voyage qui incitent à en découdre à Paris» pour l'Acte 9. Il faut dire que les autorités prennent très au sérieux ces menaces. Michel Delpuech, le préfet de police de la capitale, a signalé au parquet de Paris plusieurs de ces vidéos sur la base de l'article 40 du Code de procédure pénale. Ce dernier enjoint tout représentant des autorités à le faire s'il a connaissance d'un crime ou d'un délit.

    Les menaces enregistrées sont en effet sans équivoque. Une autre vidéo circulant sur Facebook montre un homme qui se revendique aussi de la communauté des gens du voyage. Bonnet vissé sur la tête, il livre son avis sur la contestation sociale durant un peu plus de 13 minutes. Et se montre… vindicatif à l'égard d'Emmanuel Macron:

    «Regarde ce qui arrive samedi. On est déjà une bonne centaine, une bonne centaine de camions et de campings. Et il va falloir que tu dises à tes chiens de toucher les caravanes. Et après on te fera voir qu'est ce que c'est de toucher notre lieu d'habitation. Tu verras.»

    L'homme parle d'un «groupe privé spécial» où les «Gitans» communiqueraient à l'abri des médias, qui n'y auraient pas accès. À l'instar d'Eric Drouet, chauffeur routier et figure des Gilets jaunes qui avait appelé le 5 décembre à essayer de rentrer dans l'Élysée, l'auteur de la vidéo prévient que lui et d'autres manifestants tenteront d'investir le palais présidentiel le 12 janvier. Et annonce qu'ils pourraient ne pas venir les mains vides:

    «On va essayer de rentrer à l'Élysée samedi […] Nous aussi on est armés, nous aussi on a ce qu'il faut, Macron.»

    Plusieurs pages de Gilets jaunes sur les réseaux sociaux comptent de nombreux messages accueillant ce possible ralliement des gens du voyage avec beaucoup d'enthousiasme. «Macron veut une sanction exemplaire pour notre boxeur. Il vient de déclarer la guerre aux Gitans. Ils sont chaud patate», écrit un internaute sur la page «La France en colère». D'autres s'inquiètent d'un possible effet d'annonce et d'un pétard mouillé. Les gens du voyage écouteront-ils en masse les appels lancés sur les réseaux sociaux? Impossible de le savoir pour le moment. Comme l'a souligné un membre de la communauté gitane sur BFMTV, plusieurs membres des gens du voyage ont appelé à manifester, mais à le faire dans le calme:

    «Il y a une chose que les gens du voyage doivent comprendre. Dans le cortège des Gilets jaunes, il y aura les véritables casseurs. Il ne faut pas se mélanger avec ces gens-là.»

    Rendez-vous à Paris le 12 janvier, pour voir si les caravanes ont investi la capitale.

    Lire aussi:

    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    «Pas vers le terrorisme»? Schiappa dément et dénonce une «fausse citation» d'elle
    La septuagénaire blessée ce samedi à Nice «est dans le coma», selon son avocat
    Tags:
    gilets jaunes, violences policières, gitans, actes irréfléchis, pouvoir politique, gendarmes, avocat, pouvoir d'achat, gilet, procès, blessés, mouvement, politique, émeutes, réseaux sociaux, manifestation, justice, banques, violences, victimes, police, mobilisation, La République en Marche! (LREM), Facebook, Inc, Christophe Dettinger, Édouard Philippe, Christophe Castaner, Emmanuel Macron, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik