Ecoutez Radio Sputnik
    Un bébé

    Bien que les naissances diminuent, la France reste le pays le plus fécond d'Europe

    CC0 / Pixabay
    France
    URL courte
    13211
    S'abonner

    Le solde naturel, soit la différence entre les naissances et les décès, est resté positif au 1er janvier 2019 en France, mais a atteint son plancher depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a annoncé l'Insee dans son bilan démographique 2018 rendu public ce mardi.

    Forte de 67 millions d'habitants au 1er janvier, la France affiche une croissance de 0,3%, a indiqué l'Insee mardi 15 janvier. Le solde naturel, qui exprime la différence entre le nombre de naissances et celui des décès, reste positif. Seule ombre au tableau, il n'a jamais été aussi bas depuis la Seconde Guerre mondiale, la natalité ayant diminué. Ainsi, en 2018, il y a eu en France 758.000 naissances, soit 12.000 de moins qu'en 2017, et 614.000 décès, soit 8.000 de plus, ce qui fait au total 144.000 personnes en plus.

    La croissance de la population est, comme par le passé, davantage tirée par le solde naturel que par le solde migratoire. La différence entre les entrées sur le territoire et les sorties est estimée à +58.000 personnes.

    La baisse des naissances se confirme, souligne l'Insee, mais à un rythme ralenti: 12.000 bébés de moins l'an dernier, après 14.000 de moins en 2017 et 15.000 en 2016, ce qui est dû notamment à l'arrivée en âge de procréer de générations moins nombreuses que celles du baby-boom. Les femmes entre 20 et 40 ans sont en effet 8,4 millions en 2018, contre 8,8 millions en 2008 et 9,1 millions en 1998.

    Mais le principal facteur de la réduction des naissances a été la baisse de la fécondité, soit le nombre d'enfants par femme. Ainsi, en 2018, le chiffre de fécondité a été de 1,87 enfant par femme, contre 1,90 en 2017. Cet indice recule depuis quatre ans, mais la baisse ralentit.

    Toutefois, la France restait en 2016, avec les derniers chiffres connus, le pays le plus fécond de l'Union européenne, devant la Suède, avec un taux de fécondité de 1,85, et l'Irlande, avec 1,81.

    Pour ce qui est de l'espérance de vie à la naissance, elle s'établit à 85,3 ans pour les femmes et 79,4 ans pour les hommes. La France est l'un des pays européens où les femmes vivent le plus longtemps, alors qu'elle n'est qu'en neuvième position pour les hommes, fait remarquer l'Insee. Pourtant, si l'espérance de vie des hommes a connu un progrès, elle a reculé pour les femmes, le chiffre ayant été de 85,4 ans en 2014.

    Au 1er janvier 2019, une personne sur cinq en France a 65 ans ou plus (12,8% en 1985).

    En outre, au 1er janvier 2018, la France représentait 13% de la population de l'Union européenne et est le deuxième pays le plus peuplé, derrière l'Allemagne.

    Tags:
    espérance de vie, hommes, femmes, décès, croissance, natalité, population, Seconde Guerre mondiale, Union européenne (UE), Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), Allemagne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik