Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Emmanuel Macron pourrait avoir fourni des renseignements aux agences américaines

    © Sputnik . Alexei Vitvitsky
    France
    URL courte
    8326135

    Alors que le journal Le Monde a annoncé qu’Emmanuel Macron échangerait des messages via son compte personnel Gmail, cet usage pourrait être lourd de conséquences pour la cybersécurité de la France. En communiquant via Google, le Président français aurait fourni malgré lui des informations aux services de renseignement américains, comme la NSA.

    Bien qu'Emmanuel Macron ait l'habitude de communiquer via la messagerie russe au contenu chiffré Telegram, il échangerait également des messages par le biais de son compte personnel Gmail, apprend-on dans le journal Le Monde.

    «Outre ses messages nocturnes sur Telegram, le chef de l'Etat échangerait aussi beaucoup par le biais de son adresse Gmail personnelle, dont il est le seul à détenir les codes d'accès», apprend-on de l'article.

    Ainsi, le chef de l'Élysée aurait recours au service de messagerie gratuit proposé par Google afin de d'échanger avec des citoyens et des élus rencontrés à l'époque où il était encore ministre, précise le média.

    Cependant, l'utilisation d'une boîte Gmail à titre personnel et au sommet de l'État représenterait un réel danger pour la cybersécurité du pays.

    Ainsi, Edward Snowden a révélé en 2013 que la National Security Agency (NSA) avait un accès direct aux données des utilisateurs de plusieurs sociétés américaines, dont Google.

    Outre le contenu des messages qui pourrait se trouver entre les mains des services étrangers, les courriels échangés depuis Google contiennent également différentes métadonnées comme la date, l'heure d'envoi d'un message ainsi que la localisation de l'appareil depuis lequel il a été envoyé.

    L'Élysée a confirmé l'existence de ladite adresse Gmail, en soulignant toutefois que le Président ne s'en servait «qu'à titre privé». Le Monde poursuit et écrit qu'Emmanuel Macron «fait suivre des messages à des conseillers, pour les alerter sur un sujet ou obtenir une réponse».

    Cependant, l'usage d'une boîte mail, même à titre personnel, peut parfois s'avérer lourd de conséquences pour un politique haut placé. Par exemple, à l'époque de la présidentielle américaine en 2016, Hillary Clinton a été accusée par le FBI de dissimulation d'informations et de comportement capable de provoquer une fuite de secrets d'État alors qu'elle se servait d'un serveur et d'une adresse courriel privés pour des échanges personnels. 

    Tags:
    renseignement américain, message, Gmail, Google, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Emmanuel Macron, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik