Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    L'adresse personnelle Gmail de Macron aurait été piratée

    © AFP 2019 Ludovic MARIN / POOL
    France
    URL courte
    11311
    S'abonner

    L'adresse personnelle sur Gmail d'Emmanuel Macron se serait retrouvée parmi 773.000 adresses piratées par des hackers. Selon le Journal du dimanche, la présidence française a confirmé l'existence d'un pareil compte.

    Comme l'a appris le Journal du dimanche, l'adresse sur Gmail d'Emmanuel Macron ainsi que son mot de passe figurent sur une liste de comptes piratés.

    Selon l'hebdomadaire, le spécialiste américain en cybersécurité Troy Hunt a trouvé sur internet un fichier contenant 772 millions d'adresses e-mail et 22 millions de mots de passe correspondant à une liste de comptes potentiellement corrompus.

    Dans cette liste figurerait notamment l'adresse du chef de l'État français. Son courriel y a été découvert, toujours selon le JDD, grâce au moteur de recherche Haveibeenpwned.com qui permet à chacun de vérifier si son adresse fait partie de cette liste.

    Le compte et le mot de passe sont également présents dans un sous-fichier contenant plus de 5.000 courriels qui ont été partagés le 25 juin 2017 sur un site qui permet le transfert de données, date à laquelle Emmanuel Macron était déjà Président.

    Même si pour le moment rien ne permet d'affirmer que le piratage du compte de Macron a eu véritablement lieu, ni que son mot de passe a été utilisé, il n'est pas non plus possible de certifier que ses correspondances électroniques n'ont pas fuité. Comme l'a indiqué Troy Hunt, un hacker qui a effectué ce piratage vendait certaines informations pour moins de 50 euros.

    Cependant, la présidence française affirme, citée par le JDD, que rien ne menace la sécurité du courriel du Président. «Le mot de passe est changé régulièrement et, maintenant, le chef de l'État utilise une double authentification [le mot de passe puis un code reçu par téléphone]», indique l'Élysée.

    Tags:
    piratage, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik