Ecoutez Radio Sputnik
    Chris Brown (photo d'archive)

    Accusé de viol et en garde à vue, Chris Brown relâché sans poursuites

    © AFP 2019 Marco BERTORELLO
    France
    URL courte
    7616
    S'abonner

    Détenu en garde à vue en raison des accusations d’un viol, le rappeur américain Chris Brown a été relâché mardi soir à Paris, sans faire à ce stade l’objet de poursuites. À l'issue de sa garde à vue, il a insulté ouvertement son accusatrice sur Instagram.

    La star américaine de R&B Chris Brown, accusée de viol par une femme à Paris, est sortie de garde à vue mardi soir, sans faire l'objet de poursuites à ce stade.

    Le chanteur y avait été placé lundi 21 janvier pour «viol aggravé» et «infraction à la législation sur les stupéfiants».

    L'enquête à son encontre a été ouverte suite aux accusations portées par une femme de 25 ans, qui affirme avoir été violée par le rappeur, un de ses amis et son garde du corps, dans la nuit du 15 au 16 janvier au Mandarin Oriental, un hôtel de luxe parisien.

    Tous trois sont ressortis de garde à vue mardi soir sans faire l'objet de poursuites, a indiqué le parquet de Paris, précisant toutefois que les investigations se poursuivaient sous son autorité.

    Quelques minutes avant l'annonce de son relâchement, le chanteur a publié un message sur son compte Instagram officiel. Il insulte ouvertement son accusatrice: «Cette salo*** ment!» dit l'image publiée par Chris Brown.

    «Je veux que ce soit parfaitement clair…… C'est faux, c'est un tas de me*de! Jaaaaamaaais! C'est tellement irrespectueux pour ma fille et ma famille et c'est contre mon caractère et ma morale!!!!», a publié le rappeur, dans le message en lettres capitales qui accompagne cette photo.

    Ce n'est pas la première fois que la star américaine est accusée de viol. Il est en effet déjà connu de la police américaine pour s'être retrouvé mêlé à une autre affaire de ce genre, en 2017.

    Tags:
    garde à vue, viol, accusations, Chris Brown
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik