Ecoutez Radio Sputnik
    Emiliano Sala

    Le dernier message glaçant du footballeur Emiliano Sala avant la disparition de son avion

    © REUTERS / Stephane Mahe
    France
    URL courte
    25347

    «Si dans une heure et demie vous n'avez plus de nouvelles de moi, je ne sais pas si on va envoyer des gens pour me rechercher, parce qu'on ne va pas me trouver, sachez-le», tel était le dernier message d’Emiliano Sala envoyé avant le décollage de son avion qui allait ensuite disparaître au-dessus de la Manche.

    Quelques minutes avant de décoller, le footballeur de Nantes Emiliano Sala a envoyé un message vocal à ses proches où il parlait du piètre état de l'avion qui devait le transporter lundi jusqu'à Cardiff, au Pays-de Galles, relatent des médias argentins.

    «Je suis dans l'avion, on dirait qu'il va tomber en morceaux, et je pars pour Cardiff», a dit le footballeur dans un message vocal sur WhatsApp.

    «Si dans une heure et demie vous n'avez plus de nouvelles de moi, je ne sais pas si on va envoyer des gens pour me rechercher, parce qu'on ne va pas me trouver, sachez-le. Papa, qu'est-ce que j'ai peur!», a-t-il poursuivi.

    L'avion de tourisme Piper PA-46 Malibu à destination de Cardiff avec trois personnes à bord, —Emiliano Sala, un autre passager et un pilote- a disparu lundi des radars au-dessus de la Manche, alors qu'il se trouvait à une vingtaine de kilomètres au nord de l'île britannique de Guernesey.

    La police de Guernesey a annoncé mardi que les secouristes recherchant l'avion léger en question avaient découvert des objets flottant dans la Manche. L'opération de recherche a été suspendue mardi soir pour reprendre ce matin.

    Lire aussi:

    La France tacle durement les États-Unis sur l’Otan et les F-35
    Impact des Gilets jaunes sur l'économie: l'Insee conteste les chiffres du gouvernement
    Ils se battent à bord d’un avion Ryanair à cause d’une femme aux pieds nus (vidéo)
    Tags:
    avion, disparition, football, Emiliano Sala, La Manche, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik