Ecoutez Radio Sputnik
    Jérôme Rodrigues

    Jérôme Rodrigues: «Je pense qu’ils savaient très bien sur qui ils tiraient»

    © AFP 2018 Zakaria ABDELKAFI
    France
    URL courte
    11402

    Dans ses commentaires à deux médias français, Jérôme Rodrigues, dont les photos ont fait le tour du Net après qu’il a été blessé à l’œil droit lors de l’acte 11 de la mobilisation des Gilets jaunes, souligne qu’à son avis les représentants des forces de l’ordre, qui connaissaient déjà bien son visage, étaient conscients de ce sur qui ils tiraient.

    Sa propre caméra a capturé le moment de l’accident: dans l’enregistrement qu’il partageait samedi en direct sur sa page Facebook, Jérôme Rodrigues a filmé des représentants des forces de l’ordre, puis on voit un éclair et on comprend qu’il s’est écroulé à terre. Blessé à l’œil droit, il a subi une opération chirurgicale. Le lendemain de ces événements, l’un des visages emblématiques des Gilets jaunes a expliqué à deux chaînes de télévision françaises pourquoi il s’était rendu place de la Bastille et ce qu’il pensait de ce qui est pour lui une attaque contre sa personne.

    «Moi qui prône le pacifisme, j’ai voulu aller récupérer quelques "Jaunes" qui étaient sur la Bastille pour leur dire de dégager d’ici parce que ce n’est pas les "Jaunes" qui sont violents, ce sont d’autres personnes qui viennent s’en prendre à la police. Et pour justement éviter que mes copains perdent un œil, c’était d’aller les récupérer et faire en sorte qu’ils sortent de là», déclare-t-il dans une interview accordée depuis sa chambre d’hôpital à BFM TV.

    Il dit ensuite avoir vu un policier avec un LBD dans les mains. 

    «Je me recule à ce moment-là pour les laisser charger, pour leur laisser le libre accès à leur action. Et je me prends une grenade au bas des pieds qui m’assourdit et tout de suite je me prends un tampon dans l’œil. J’ai été attaqué deux fois, par une grenade alors qu’ils chargeaient dans un sens et il y avait une dizaine de Gilets jaunes derrière moi […] qui allaient s’en aller. On n’était pas un groupe massif prêt à attaquer. Au contraire. Et je me prends une grenade au bas des pieds et l’impact du LBD tout de suite après derrière dans l’œil», explique-t-il.

    Un accident? Jérôme n’est en pas sûr. Il rappelle qu’il est une figure du mouvement à l’échelle de la manifestation parisienne et qu’il a été «plusieurs fois pointé du doigt par  la police sur d’autres manifestations».

    «Donc, je pense qu’ils savaient très bien sur qui ils tiraient», dit-il. 

    Dans un commentaire à LCI, il précise que dans une autre vidéo qui tourne on entend la grenade et tout de suite derrière le «petit bruit significatif d'un tir de LBD».

    Toujours au micro de LCI, il s’exprime sur son état de santé actuel.

    «Mon globe oculaire a été recousu parce que, suite à l'impact, c’est comme si j’avais une plaie sur le globe oculair. Quant à savoir si je vais retrouver la vue ou pas, ils [les médecins, ndlr] ne peuvent pas se prononcer parce que j’ai beaucoup de sang et il faut que celui-ci se draine pour peut-être espérer voir si je pourrai revoir un jour ou pas».

    Même après cette blessure, Jérôme Rodrigues assure qu'il ne lâchera rien.

    Lire aussi:

    Brigitte Macron déclare forfait après des huées et des sifflets au stade de Reims (vidéo)
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Le dernier cri de désespoir du copilote du crash du Boeing de Lion Air
    Tags:
    témoignage, blessure, gilets jaunes, Jérôme Rodrigues, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik