Ecoutez Radio Sputnik
    Foulards rouges

    Un Foulard rouge: «Je ne suis pas contre les Gilets jaunes, mais l’image qu’ils donnent»

    © AFP 2019 Alain JOCARD
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes après 10 semaines de mobilisation (144)
    22038

    Un Foulard rouge descendu dans les rues de Paris pour participer à leur première mobilisation a expliqué à Sputnik les motifs qui l’y ont poussé. C’est l’image que donnent les Gilets jaunes qui le préoccupe, dit-il en présence d’une manifestante qui s’oppose aux Foulards rouges affirmant qu’ils défilent dans une «manif déguisée du gouvernement».

    Interrogé par Sputnik lors de la marche des Foulards rouges de ce dimanche à Paris, un partisan du mouvement a confié qu'il était là parce que «ce n'était plus possible de voir ce qui se passe», montrant le slogan écrit sur son dos «stop aux violences»:

    «Les voyous en prison, les casseurs, on en voit partout.»

    Arrivé de la Haute-Loire, ce Foulard rouge a tenu à donner un exemple des violences qui l'ont choqué:

    «La préfecture de la Haute-Loire a été incendiée, ça, c'est grave, mais c'est plus grave après. Ils ont empêché les pompiers de venir».

    Il a tenu à préciser qu'il n'en accusait pas forcément les Gilets jaunes:

    «Ce n'étaient peut-être pas des Gilets jaunes, mais tout s'est amalgamé autour. C'est pourquoi c'est marqué «stop aux violences».

    «Je ne parle que pour moi, je ne suis pas contre les Gilets jaunes, je suis contre l'image qu'ils donnent, les images de violence et tout, c'est tout le mouvement des Gilets jaunes, c'est dégueulasse et les politiques s'emparent de cela», a-t-il conclu.

    «Manif déguisée du gouvernement»

    Dans le défilé des Foulards rouges se trouvaient aussi des manifestants qui ne les soutenaient pas. Une femme a évoqué les raisons pour lesquelles elle se prononçait contre leur mobilisation et pourquoi elle se sentait «révoltée»:

    «Pour moi, cette marche-là, c'est une marche, une manif déguisée du gouvernement. Ils ont dit qu'il n'y aurait pas des écharpes. Il y a des écharpes.»

    Elle a fait part de ses impressions lorsqu'elle se trouvait parmi quelques Gilets jaunes:

    «J'étais avec quelques jaunes. Ils sont venus nous voir comme des cow-boys contre des Indiens».

    La manifestante a tenu à souligner que les événements actuels en France, dont les manifestations des Gilets jaunes et des Foulards rouges, étaient un élément de division de la population, même si, au fond, les représentants des deux mouvements poursuivaient le même but:

    «L'heure est grave en France, qu'on divise les gens. Ils disent «non aux violences», je dis «non aux violences», ils disent «vive la République », je dis «oui à la République». Mais je dis «le droit fondamental». Dans mon cas «un toit, c'est un droit.»

    Le mouvement des Foulards rouges est né fin novembre pour protester contre les blocages, avant de rejoindre «STOP. Maintenant, ça suffit» apparu sur Facebook à la mi-décembre. Les organisateurs de la manifestation de ce dimanche assurent qu'elle est «apolitique» et apportent leur soutien non pas aux autorités, mais plus largement, à la République.

    Couleurs de Paris: après les Gilets jaunes, les Foulards rouges
    © Sputnik .
    Couleurs de Paris: après les Gilets jaunes, les Foulards rouges
    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 10 semaines de mobilisation (144)

    Lire aussi:

    La septuagénaire blessée ce samedi à Nice «est dans le coma», selon son avocat
    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Un mouvement de panique à Disneyland Paris ce samedi soir en vidéo
    Tags:
    Foulards rouges, gilets jaunes, manifestation, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik