Ecoutez Radio Sputnik
    Euros

    Une papeterie brûle sa production en France: tout y passe, de passeports aux cartes grises

    CC0 / Pixabay
    France
    URL courte
    12372

    Plus de 200 salariés d'une entreprise de Seine et Marne brûlent des bobines de papier pour billets de banque, cartes grises et passeports, protestant contre la fermeture de l'usine et exigeant des conditions de licenciement «décentes».

    Pour faire pression sur l'État, les salariés de la papeterie d'Arjowiggins Security, en Seine-et-Marne, ont décidé de brûler du papier sécurisé destiné à la fabrication de documents. Leur entreprise étant mise en liquidation sur décision de la justice, les 240 ouvriers qui vont être mis à la porte exigent des conditions de licenciements «décentes», a annoncé mercredi l'AFP se référant à une source syndicale.

    Toutes les 12 heures, ils brûlent une «bobine» de papier sécurisé pour cartes grises qu'ils disent être les seuls à fabriquer sur le territoire.

    «On est tombé sur des escrocs, des charognards, des voleurs: le fonds d'investissement a tout pillé, alors que les carnets de commandes étaient fournis», a déclaré, cité par l'AFP, Abdelkarim Mbarek, un des salariés qui occupent le site.

    L'usine a été rachetée par un fonds d'investissement suisse auquel les ouvriers réclament une indemnité de 50.000 euros, «ce qui est donné en moyenne lors des plans sociaux», selon un délégué CGT.

    Une délégation de salariés a déjà rencontré la préfète de Seine-et-Marne et un conseiller de la ministre du Travail, a rappelé l'AFP. Mais les réponses ont été jugées «très insuffisantes» par Patrice Schaafs, délégué syndical CGT et secrétaire du comité central d'entreprise. La sénatrice LR Anne Chain-Larché a pour sa part adressé une lettre à Emmanuel Macron demandant «d'examiner la piste de la création d'un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC)».

    La CFDT du secteur des papiers et cartons a appelé l'État à «tout mettre en œuvre» pour trouver une solution, car trois autres usines d'Arjowiggins sont elles aussi menacées.

    Le tribunal de commerce de Nanterre a prononcé à la mi-janvier la liquidation judiciaire de cette entreprise qui ravitaillait 120 pays en papier pour billets de banque et documents administratifs comme les cartes grises ou les passeports.

    Lire aussi:

    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    «En fermant le marché américain à Huawei, Trump a ouvert des possibilités d’investissements chinois accrus en Europe»
    Tags:
    usine, tribunal, fonds d'investissement, documents, licenciement, billets de banque, passeports, CGT, AFP, Emmanuel Macron, Nanterre, Seine-et-Marne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik