Ecoutez Radio Sputnik
    Prison

    Terrorisme en France: une trentaine de djihadistes sortiront de prison en 2019

    CC0 / Pixabay/Pavlofox
    France
    URL courte
    11220

    Une trentaine de détenus, condamnés pour des liens avec le djihadisme et ayant séjourné dans la zone syro-irakienne, retrouveront leur liberté en 2019. Ils constituent un «risque majeur» pour la sécurité en France, avertit Le Figaro. La ministre de la Justice promet, elle, «un suivi extrêmement strict par les services de renseignement».

    Une «trentaine» de djihadistes ayant purgé leur peine vont être libérés en 2019, a annoncé jeudi matin la ministre de la Justice Nicole Belloubet sur RTL. À leur sortie, il y aura un suivi «extrêmement strict par les services de renseignement territoriaux», a-t-elle souligné.

    Les services antiterroristes sont en effet inquiets face au retour imminent à la vie civile d'individus condamnés pour terrorisme, qui vont être libérés à la fin de leurs peines, écrit Le Figaro. L'ancien procureur de la République de Paris, François Molins, décrivait en 2018 la situation comme «un risque majeur», rappelle le journal. En effet, parmi ces «sortants», de nombreux avaient séjourné en Syrie ou en Irak et été condamnés ensuite.

    «Lorsque nous sommes face à des détenus de ce type, il y a une évaluation de leur dangerosité, il y a un placement dans un quartier étanche», a de son côté rassuré la ministre.

    Mme Belloubet a également expliqué le cas du retour des djihadistes français détenus par les Kurdes en Syrie. Selon elle, il s'agit «principalement d'enfants, dont des mineurs», accompagnés de leur parent. Cependant, «nous ne sommes pas exactement en mesure de savoir combien il y a de Français dans tous les camps. Nous ne pouvons les situer», a indiqué la responsable.

    Les libérables de 2019 condamnés pour terrorisme ont généralement été interpellés avant la vague d'attentats de 2015 et 2016, soit en 2012-2014, et condamnées à des peines relativement peu importantes. Par la suite, le parquet de Paris a toujours requis le maximum de la peine correctionnelle, qui est de dix ans, retrace Le Figaro. À ces détenus viennent s'ajouter les personnes libérables condamnées dans des dossiers liés aux «filières syro-irakiennes». Il s'agit de ceux qui avaient eu l'intention de rejoindre Daech* mais n'y étaient pas parvenus ou qui avaient renoncé à ces plans. D'autres individus avaient été condamnés pour avoir fourni, depuis la France, une aide en matière de logistique, de financement ou de recrutement. Ces filières constituent la grande majorité des libérables, souligne le journal.

    À leur sortie de prison, les revenants doivent être pris en charge par les services de renseignements et d'autres organismes. L'administration pénitentiaire a déjà lancé son programme baptisé «Artemis», relate le quotidien. Celui-ci concerne une trentaine de condamnés pour terrorisme à Paris, ayant fait l'objet d'une décision de placement en milieu ouvert ou ayant purgé leur peine, et une dizaine de condamnés considérés comme radicaux à Marseille.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    L'Iran a «confisqué» un pétrolier britannique, des Russes sont à bord - images
    L’Iran «paiera un prix que personne n’a jamais payé» s’il attaque les USA, promet Trump
    L'Iran publie une vidéo pour contrer les preuves que les USA prétendent avoir quant à la destruction d'un drone
    Tags:
    sécurité, justice, libération, prison, terrorisme, Etat islamique, Nicole Belloubet, François Molins, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik