Ecoutez Radio Sputnik
    Des policiers avec des LBD lors d'une manifestation des Gilets jaunes à Paris (image d'illustration)

    Plus de 9.000 tirs de LBD sur les Gilets jaunes depuis la première mobilisation

    © AFP 2019 Valery HACHE
    France
    URL courte
    Mouvement des Gilets jaunes après 10 semaines de mobilisation (144)
    13022
    S'abonner

    Lors d’une audience au Conseil d’État, une représentante du ministère de l’Intérieur a dévoilé des statistiques sur l’emploi du Lanceur de Balles de Défense (LBD) depuis le début du mouvement des Gilets jaunes: 9.228 tirs ont été comptabilisés.

    Depuis le début du mouvement social à la mi-novembre, les policiers et gendarmes ont tiré à 9.228 reprises au LBD 40, a déclaré une représentante de l'Intérieur. L'IGPN —la police des polices- a ouvert 111 enquêtes sur des cas d'utilisation de cette arme sublétale.

    Entre le 17 novembre dernier, date du début du mouvement des Gilets jaunes, et le 28 janvier, 9.228 tirs de LBD par les forces de l'ordre ont été recensés au niveau national, a déclaré une représentante du ministère de l'Intérieur, Pascale Léglise, lors d'une audience au Conseil d'État mercredi.

    La plus haute juridiction administrative a été saisie d'un référé-liberté formé par la CGT, le Syndicat de la magistrature, le Syndicat des avocats de France et la Ligue des droits de l'homme et devait déterminer si l'usage de cette arme, dite «intermédiaire» et dont les forces de l'ordre sont venues défendre l'utilisation, représentait une atteinte d'une particulière gravité au respect de la liberté de manifester et s'il existait une urgence manifeste à la suspendre.

    «Le LBD est une arme utilisée dans les attroupements, pas dans les manifestations pacifiques. Il faut que le policier soit en état de légitime défense ou incapable d'assurer la défense du terrain qu'il est censé défendre», a rappelé la représentante du Ministère de l'Intérieur, avant d'ajouter qu'il fallait «rapporter le nombre de victimes au nombre de manifestations: on a eu 37 924 manifestations sur le territoire national depuis le 17 novembre», selon plusieurs médias.

    Pour mieux se faire entendre, Pascale Léglise a conclu son propos avec une comparaison: «Un pilote d'avion peut mal conduire son avion, un pilote de train peut mal conduire son train, un policier peut mal utiliser son arme. Mais quand un pilote d'avion conduit mal son avion, ça fait beaucoup plus de morts».

    À l'en croire, l'usage du LBD ne pose pas problème en lui-même, ce sont les tirs abusifs qu'il faut sanctionner.

    Rappelons que le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé le chiffre de 4 blessés graves à un œil. Cependant, le collectif militant «Désarmons-les», quant à lui, évoque 20 personnes rendues borgnes ou gravement blessées à un œil.

    David Dufresne fait état de 159 blessures à la tête et de 18 éborgnés.

    Dossier:
    Mouvement des Gilets jaunes après 10 semaines de mobilisation (144)
    Tags:
    LBD (lanceur de balles de défense), tirs, Inspection générale de la police nationale (IGPN), Conseil d'Etat, ministère français de l'Intérieur
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik