Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla

    L’opposition effarée par les nouvelles révélations dans l'affaire Benalla

    © AFP 2019 Alain JOCARD
    France
    URL courte
    Affaire Benalla (194)
    35751
    S'abonner

    Le dossier Benalla vient de s’épaissir suite à des révélations de Mediapart qui portent sur une série d'enregistrements dans lesquels Alexandre Benalla assure avoir le soutien du Président de la République. Ces nouveaux détails ont provoqué un tollé auprès de plusieurs personnalités de la classe politique française.

    Ce jeudi, Mediapart a publié une nouvelle enquête sur Alexandre Benalla, se basant sur une conversation de juillet dernier entre lui et Vincent Crase, ancien salarié de LREM, lui aussi mis en examen. Sur la scène politique française, l'opposition a réagi avec fermeté.

    Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise, a mis en doute l'enquête de Mediapart: «"Enquête" de Mediapart? Hum-hum! Tout vient d'infos données par la police. Corruption ou règlement de compte au sommet de l'État? La macronie pourrit par la tête.»

    Florian Philippot des Patriotes a déclaré sur Twitter: «Les enregistrements de Mediapart confirment ce que tout démontrait: depuis le début Macron soutient et protège par tout moyen Benalla. Pour quelles raisons?».

    François-Xavier Bellamy, tête de liste des Républicains, s'est exprimé sur la chaîne BFM TV:

    «On s'inquiète tous, et moi le premier, de la montée de ces complotismes qu'on voit surgir partout mais pour que le complotisme ne monte pas, il faut que la transparence soit au rendez-vous. Et aujourd'hui, on a le sentiment qu'aucune explication totale n'a été donnée. Le Président ne s'est pas vraiment exprimé sur ce sujet. Et je pense que sa parole est attendue pour que la confiance soit retrouvée.»

    Le sénateur LR de la Moselle et membre de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla, François Grosdidier, a estimé au micro de FranceInfo que ces révélations sont «la confirmation de tous les mensonges» d'Alexandre Benalla qu'il qualifie, au même titre qu'Emmanuel Macron, de «gamins sans limites, animés par un sentiment de surpuissance, qui s'exonèrent de toutes les règles de la République».

    Membre du PS, le sénateur Jean-Pierre Sueur a à son tour prévenu Alexandre Benalla que «tout mensonge sous serment est passible de cinq ans de détention et de 75.000€ d'amende.»

    Le site Mediapart a publié ce jeudi des enregistrements de conversations d'Alexandre Benalla avec Vincent Crase, l'ancien gendarme employé au siège de La République en marche, accusé lui aussi d'avoir frappé des manifestants le 1er mai 2018 à Paris. Il évoque notamment le soutien qu'Emmanuel Macron lui aurait manifesté.

    Dossier:
    Affaire Benalla (194)
    Tags:
    opposition, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Alexandre Benalla, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik