France
URL courte
8812123
S'abonner

Une vidéo de Bilal Hassani, représentant de la France à l’Eurovision 2019, dans laquelle il se moque avec ses amis des attentats en France, refait surface. Certains internautes estiment que la vidéo faisait partie d’un challenge anodin, d'autres estiment que le chanteur ne doit plus représenter la France au concours à cause de cette vidéo.

Une nouvelle vidéo de Bilal Hassani qui représentera la France à l'Eurovision 2019 fait le buzz sur les réseaux sociaux. On y voit Bilal Hassani et un de ses amis s'amuser dans une rue parisienne en gesticulant fort et en prononçant d'un ton ironique à plusieurs reprises la phrase «La France a vraiment souffert, attentats ici, attentats par-là».

​Certaines internautes défendent la jeune star en affirmant que Bilal Hassani participait à un challenge dont l'idée consistait à prononcer la même phrase accompagnée des gestes et de l'intonation similaires.

​D'autres utilisateurs affirment que cette vidéo est la raison pour laquelle le chanteur ne doit pas représenter la France à ce concours européen.

Pour l'instant, Bilal Hassani n'a pas commenté l'origine de cette vidéo.

​Auparavant, son ancien tweet accusant Israël de crimes contre l'humanité a été retrouvé par la chaîne de télévision i24News. Le tweet a fait polémique le 2 février sur les réseaux sociaux et dans des médias. Plus tard, le chanteur a réagi en publiant une vidéo sur Twitter en expliquant qu'il avait 14 ans à l'époque, que d'autres personnes avaient l'accès à son compte et qu'il s'était «passé des choses qui étaient hors» de son contrôle et de sa connaissance.

Lire aussi:

«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
La Nasa envoie «une carte postale depuis le bout de l'espace» – image
«Scène déchirante»: un chien figé dans de la poix découvert par des enfants en Argentine – images
Tags:
réaction du Net, vidéo, challenge, réseaux sociaux, attentat, Twitter, Eurovision 2019, Bilal Hassani, Israël, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook