Ecoutez Radio Sputnik
    Grand débat, archives

    Grand débat: Macron reconnaît que la réduction des emplois aidés est un vrai «problème»

    © AFP 2019 Ludovic MARIN / AFP
    France
    URL courte
    Grand débat national en France (2019) (53)
    13329

    Le Président français participe ce lundi 4 février à son cinquième débat public. Pour la première fois, Emmanuel Macron se déplace en banlieue parisienne, à Evry-Courcouronnes où il échangera avec environ 300 élus et représentants d'associations franciliens, selon la presse française.

    Dans le cadre de son initiative visant à riposter au mouvement des Gilets jaunes, Emmanuel Macron participe ce lundi à son cinquième débat public à Evry-Courcouronnes, commune de 70.000 habitants située à une trentaine de kilomètres au sud de Paris.

    ​Le Président français a proposé le grand débat national consacré à quatre sujets — la fiscalité, l'organisation de l'État, la transition écologique et la citoyenneté — en réponse au mouvement des Gilets jaunes qui agite la France depuis novembre 2018.

    Le grand débat a débuté le 15 janvier et doit s'achever le  15 mars.  

    Nouveaux messages
    • 21:51

      Devant des élus franciliens, Emmanuel Macron a reconnu que la forte réduction des emplois aidés décidée par le gouvernement posait un «vrai problème pour beaucoup d'associations et de villes». Le Président français affirme être prêt à étudier à de nouveaux dispositifs pour les remplacer.

      «Cela a été une mesure dont la philosophie est bonne mais force est de constater que dans les lieux fragiles, cela a fait souffrir. Il ne faut pas se voiler la face. Il faut accélérer les mesures de compensation», a-t-il souligné. 

      Et d’ajouter:

      «On a fortement réduit les emplois aidés mais il faut continuer à développer fortement les PEC, qui ne sont pas assez utilisés parce que pas assez connus, la garantie jeune et l'ouverture du service civique.» 

    • 21:18

      Comme il l'avait fait durant la première partie de cette cinquième réunion du grand débat national, le chef de l’État écoutait et prenait des notes pour ensuite répondre aux intervenants.

    • 20:42

      C'est de nouveau au tour des personnes présentes dans la salle de poser des questions à Emmanuel Macron. Chacune d'entre elles dispose de deux minutes pour intervenir.

    • 20:16

      Après avoir écouté élus et représentants associatifs, le Président français a repris la parole pour commenter les sujets évoqués.

      Il a notamment commenté la précarité, le droit de vote des étrangers aux élections municipales et le manque de services publics au niveau local.

      «D'abord, il faut s'assurer que les étudiants sont bien orientés, c'est la clé, sinon c'est la certitude que l'argent sera mal dépensé, que ses difficultés dureront plus encore. Le deuxième élément, c'est le logement. La troisième chose, ce sont les frais, qui ont fortement baissé cette année. Mais sur les travailleurs en position de précarité, le problème c'est que nous sommes devenus une société de statut. Progressivement s'est installé selon les secteurs, les quartiers, une tendance où les gens travaillent mais n'ont pas droit à l'accès au logement, au crédit.»

      «Il faut ramener du CDD d'intérim vers des CDI. Il faut inventer des mécanismes pour l'accès au crédit, au logement, à la voiture», a ajouté le Président français.

      Emmanuel Macron a également réagi à l'intervention de Brigitte Marsigny en l'assurant qu'il ne les lâcherait pas.

    • 20:00

      Avant de se rendre à la salle Claude Nougaro, Emmanuel Macron s’est entretenu avec plusieurs habitants d’un immeuble qui lui ont rapidement exposé leurs problèmes depuis leurs fenêtres. Par exemple, une femme a évoqué le sujet de la scolarité.

      «Il n'y a pas de professeurs pour leur [les enfants, ndlr] montrer la bonne voie», a-t-elle souligné.

      Une vidéo de cette scène a été par la suite diffusée sut le compte Twitter officiel de l'Élysée.

    • 19:32

      Des utilisateurs de Twitter constatent de nouveau la présence de Gilets jaunes dans les rues de la ville.

    • 19:21

      Brigitte Marsigny, maire de Noisy-le-Grand, a, quant à elle, appelé le Président français à ne pas abandonner les élus.

      «Ne nous lâchez pas au niveau de la politique de la ville et des budgets, ne nous lâchez pas sur l'urbanisme, Monsieur le président je vous en supplie, ne nous lâchez pas», a-t-elle souligné.

    • 19:12

      Le maire de Nanterre, Patrick Jarry, a donné son sentiment sur le problème du logement.

      «Je pense que le prochain mouvement de révolte dans cet espace métropolitain, dans cette région parisienne, il sera sur la question du logement», a-t-il notamment dit.

    • 18:55

      Nadir Adrar, du conseil national des villes, s’est adressé à Emmanuel Macron en soulignant qu’«Il n'y a pas d'économies à faire sur les plus pauvres».

    • 18:49

      Pendant ce temps, des internautes diffusent des images de ce qui se passe autour du bâtiment où se tient le débat. Sur une vidéo, par exemple, on voit plusieurs personnes portant des gilets jaunes. Une autre vidéo filmée depuis une fenêtre d’un immeuble situé non loin montre des policiers qui ont installé un périmètre de sécurité devant la salle Claude Nougaro.

    • 18:03

      Emmanuel Macron a par la suite pris la parole.

      «Il n’y a pas de tabou», a-t-il dit en ajoutant qu’il était là pour entendre la part de vérité des élus et représentants associatifs présents dans la salle. 

    • 17:42

      La cinquième réunion du grand débat national a commencé. Stéphane Beaudet, maire de la ville, a ouvert les discussions.

    • 17:18

      Après avoir passé environ 45 minutes auprès des membres de l’association, Emmanuel Macron est désormais en chemin vers la salle Claude Nougaro, où quelque 300 élus et représentants associatifs l'attendent.

    • 16:41

      Peu après le débat, Emmanuel Macron a effectué une visite surprise dans les locaux d'une association Génération 2 Citoyenneté Intégration s'occupant de l'accompagnement des familles à Evry.

      Lors de ce déplacement, le Président français a répondu aux questions de quelques membres de l'association portant, entre autres, sur les difficultés des jeunes à trouver des stages au cours de leurs études.

    En direct
    Grand débat: Macron reconnaît que la réduction des emplois aidés est un vrai «problème»
    +
    Dossier:
    Grand débat national en France (2019) (53)
    Tags:
    gilets jaunes, débat public, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik