France
URL courte
361233
S'abonner

Margarita Simonian, rédactrice en chef de Sputnik et RT, a rejeté les accusations d’Emmanuel Macron selon qui ces médias «achètent des comptes qui trollent». Elle a proposé aux «dizaines de milliers de médias français» de se demander pourquoi c’étaient les comptes de ces agences russes qui jouaient un tel rôle en France.

La rédactrice en chef de Sputnik et de RT, Margarita Simonian, a réagi aux propos d'Emmanuel Macron publiés dans le magazine Le Point. Le Président français y inscrivait les deux médias russes au rang de ceux qui achetaient «des comptes qui trollent».

«Nous n'achetons pas de comptes. Ni de comptes de fake news, ni de comptes ordinaires. Nous n'avons que deux comptes, RT et Sputnik», a fait savoir Margarita Simonian sur sa chaîne Telegram avant de poursuivre:

«Pourquoi ces deux comptes influencent la politique intérieure en France plus que des dizaines de milliers de blogs et médias français, n'est pas une question à nous adresser, mais à adresser aux médias et blogs français».

Mme Simonian a également tenu à souligner que les Gilets jaunes aimaient véritablement les médias qu'elle dirige, que les vidéos filmées pendant les manifestations étaient visionnées des millions de fois et que les correspondants de Sputnik et RT réalisaient des directs sous les applaudissements des Gilets jaunes.

En date du 1er février 2019, le magazine Le Point a publié un article contenant les propos du Président de la République française sur la place des médias dans la crise des Gilets jaunes. Comme le note le journaliste Emmanuel Berretta, le Président effleure la question de «la Russie de Poutine, à travers Russia Today ou Sputnik». Concrètement, Emmanuel Macron a déclaré que «les gens qui sont surinvestis sur les réseaux sont les deux extrêmes. Et après, ce sont des gens qui achètent des comptes, qui trollent. C'est Russia Today, Spoutnik, etc».

Lire aussi:

Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
Emmanuel Macron, Margarita Simonian, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook