Ecoutez Radio Sputnik
    Nantes

    Un policier ayant blessé un homme avec son arme à Nantes remis en liberté

    © AFP 2019 JEAN-SEBASTIEN EVRARD
    France
    URL courte
    3214

    Un policier, qui avait fait usage de son arme alors qu’il n'était pas en service, au cours d'une rixe l’opposant à quatre autres personnes dans la nuit du 2 au 3 février à Nantes, a été remis en liberté, selon le procureur de la ville.

    La garde à vue du policier ayant blessé un homme avec son arme de service à Nantes alors qu'il était de repos a été levée, a indiqué le parquet lundi, précisant que les suites de l'affaire seraient communiquées en fin de semaine. Le policier avait fait usage de son arme lors d'une rixe survenue entre lui et quatre autres personnes vers 3 h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche, dans une rue de Nantes.

    Il avait été placé en garde à vue pour «violences par personne dépositaire de l'autorité publique». Les quatre autres belligérants, eux, l'avaient été pour «violences sur personne dépositaire de l'autorité publique», et elles ont aussi été remises en liberté, a précisé le procureur de Nantes, Pierre Sennès.

    «Nous avons mené une enquête approfondie, qui s'est poursuivie dans l'après-midi avec des auditions complémentaires et des confrontations», a expliqué le magistrat. «D'ici la fin de la semaine, j'aurai pris une décision sur les suites pénales pouvant être données à cette affaire», a poursuivi le magistrat, expliquant qu'il communiquerait sa décision jeudi ou vendredi.

    L'homme blessé par l'arme du policier, un trentenaire touché à l'abdomen, avait été transporté au CHU de Nantes. Ses jours ne sont pas en danger.

    Lire aussi:

    Brigitte Macron déclare forfait après des huées et des sifflets au stade de Reims (vidéo)
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Le dernier cri de désespoir du copilote du crash du Boeing de Lion Air
    Tags:
    arme à feu, police, Nantes, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik