Ecoutez Radio Sputnik
    La CGT et des Gilets jaunes ont bloqué une entrée du marché international de Rungis., le 5 février 2019

    «Bloquer l’économie»: le marché de Rungis ciblé par des centaines de manifestants (vidéos)

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    23637

    Quelques centaines de manifestants ont bloqué cette nuit les entrées du marché international de Rungis, en amont de la journée d’action nationale. Rejoints par des Gilets jaunes, les manifestants ont expliqué à Sputnik les motifs de leur colère.

    De 200 à 300 personnes, selon la préfecture, ont bloqué dans la nuit de lundi à mardi l'entrée du marché international de Rungis en région parisienne. Équipés de drapeaux de la CGT, les manifestants se sont rassemblés après minuit et ont été rejoints par des Gilets jaunes.

    «C'est un blocage économique, c'est suite à la grève générale de la CGT et des Gilets jaunes, on est dans la convergence des luttes», explique à Sputnik Mouloud, un des manifestants. «C'est une journée d'action, une opération coupon afin de bloquer l'économie», ajoute-t-il.

    Pour expliquer pourquoi il est venu bloquer Rungis, l'homme évoque le symbolisme des lieux. «Il y a beaucoup de précaires, beaucoup d'intérimaires, c'est le centre qui alimente la région parisienne, voire l'Europe, c'est symbolique, et on essaie à s'attaquer à ces symboles», détaille ce manifestant vêtu d'un gilet jaune.

    Mouloud affirme qu'il partage la colère des Gilets jaunes et évoque parmi ses revendications «le SMIC à 1.800 euros, le déroulement de carrière, l'égalité homme-femme, le rétablissement de l'ISF», mais «surtout une revalorisation du salaire». «Pas les primes, le salaire», insiste-t-il.

    «Je suis Gilet jaune, et je suis Gilet rouge, peut-être que demain je serai Gilet-je-ne-sais-plus, mais c'est la même colère. Pour que nous puissions finir nos fins de mois et que nous puissions travailler dans des bonnes conditions et surtout vivre dignement», explique l'homme.

    Avant de poursuivre: «Je crois que c'est pas le Gilet, mais la colère, et la colère elle est commune et elle plus que légitime».

    Interrogé pour connaître ses motivations, Thierry, un autre manifestant présent à Rungis évoque lui aussi les revendications sociales, fustigeant les démarches du gouvernement.

    «L'objectif c'est de se faire entendre sur la question de la justice sociale, du pouvoir d'achat, de mobiliser les salariats, la population pour faire en sorte de peser sur ce gouvernement au regard des mesures rétrogrades et régressives qu'il prend», liste-t-il à Sputnik. Avant d'ajouter: «Choisir Rungis ça a encore un sens par rapport à l'exploitation qui existe dans ces entités».

    «Quelque part les gens vont entendre à la radio ce matin qu'on bloque Rungis et ça va participer à mobiliser dans le reste du pays», poursuit l'homme.

    La CGT organise ce mardi une grève nationale de 24 heures et des manifestations pour réclamer hausse des salaires et justice fiscale, avec à ses côtés des syndicats tels Solidaires, FO, mais aussi la France Insoumise, sans oublier des Gilets jaunes.

    Le marché international de Rungis s'étend sur 234 hectares et regroupe 1.200 entreprises, essentiellement des grossistes, employant 12.000 salariés. Quelque 2,8 millions de tonnes de produits frais y sont commercialisées chaque année.

    Lire aussi:

    Une nouvelle fusillade meutrière endeuille une cité de Seine-Saint-Denis
    Macron estime que ce n'est pas que lui qui a été sifflé le 14 juillet - vidéo
    «Kim Jong-un» charrie les armes françaises et s’invite au défilé du 14 juillet à Paris - vidéo
    Tags:
    gilets jaunes, grève, mobilisation, CGT, Rungis, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik