Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Benalla

    Passe d’armes entre Mediapart et Belloubet: «Paris n'est pas Caracas» (vidéo)

    © AFP 2019 Alain JOCARD
    France
    URL courte
    23353

    Interpellée par un député de la France insoumise à propos de la tentative de perquisition à Medipart, la garde des Sceaux a démenti «instrumentaliser la justice», envoyant une pique sur le soutien de son parti à Maduro. Les propos de Belloubet n’ont pourtant pas convaincu Mediapart, qui a dénoncé un «grossier mensonge» de la part de la ministre.

    Nicole Belloubet a démenti mardi instrumentaliser la justice à des fins politiques lors de la tentative de perquisition des locaux de Mediapart, le 4 février. Prise à partie par le député de La France insoumise Ugo Bernalicis, qui dénonçait l'«instrumentalisation politique des forces de police et du parquet», la garde des Sceaux a déclaré: «Je suis attachée au principe de la liberté de la presse et à la protection du secret des sources, je crois que ce sont des pierres angulaires pour notre démocratie».

    Mme Belloubet a également profité de cette occasion pour lancer une pique à l'encontre de LFI. «Paris n'est pas Caracas», a-t-elle déclaré, faisant référence au soutien apporté par le parti de Jean-Luc Mélenchon à Nicolas Maduro.

    La ministre a par ailleurs affirmé que Mediapart «a dans un premier temps refusé» la remise des enregistrements diffusés au parquet, et ne l'avoir fait «qu'après que la presse s'en est fait l'écho».

    Ces propos ont suscité une vive réaction de Mediapart, qui n'a pas tardé à répondre à la garde des Sceaux, l'accusant d'un «grossier mensonge».
    Dans un communiqué publié sur son site, le journal explique avoir remis, lundi après-midi, sept enregistrements à la suite d'une demande en ce sens faite le 1er février par les juges d'instruction.

    «Contrairement à ce qu'affirme la garde des Sceaux, Mediapart avait indiqué dès vendredi faire droit à la demande de réquisition des juges», peut-on lire dans ce communiqué.

    «Les sept enregistrements ont (…) été remis à la justice, lundi après-midi, par les avocats du journal. Par conséquent, la ministre de la Justice a soit menti par ignorance —et c'est grave- soit elle a menti sciemment —et c'est très grave», écrit la rédaction de Mediapart.

    Après la diffusion, le 31 janvier, d'enregistrements de conversations entre l'ancien chargé de mission de l'Élysée Alexandre Benalla et Vincent Crase, autre protagoniste des événements du 1er mai, Mediapart a témoigné sur son compte Twitter concernant une tentative de perquisition de ses locaux le 4 février.
    Comme le précise le média qui promet de livrer plus de détails dans des publications à venir, deux procureurs, accompagnés de trois policiers, ont voulu perquisitionner ses locaux et ce, dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet «pour [notamment] atteinte à la vie privée de M.Benalla suite à nos révélations de la semaine dernière».

    Lire aussi:

    Après plus de quatre heures sur la tour Eiffel, le «grimpeur» s’est rendu (images)
    L’avocat de Christian Quesada dégaine une information choc sur la sexualité de son client
    Royaume-Uni et Italie: vers des séismes politiques?
    Tags:
    Mediapart, Alexandre Benalla, Nicole Belloubet, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik